Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sur le traité de la Réintégration des êtres : J.M. Vivenza, J.P. Bonnerot, J. Solis

Ci-dessous un extrait de la video qu'on trouvera en intégralité sur le site de BAGLIS TV (ICI). Il s'agit d'un débat entre le philosophe ésotériste Jean-Marc Vivenza et le théologien catholique Jean-Pierre Bonnerot. Le débat est modéré par l'éditeur Jean Solis.

Le thème de la réintégration est un thème qu'on retrouve en filigrane dans les Ecritures chrétiennes et qui fut fortement développé par l'illuminisme occidental au XVIIIe siècle. Thème intéressant s'il en est qui implique de faire appel à d'autres thèmes eschatologiques connexes tels l'Apocatastase, la Jérusalem Céleste, la venue du Royaume, etc...

Les deux intervenants se situent aux antipodes pour traiter de ce thème, Bonnerot défend la vision « officielle » des Eglises conciliaires et Jean-Marc Vivenza propose l'approche emprunte d'un gnosticisme sombre dont il s'est fait le défenseur dans ses nombreux ouvrages.

Les deux hommes sont intellectuellement brillants, cultivés et s'expriment avec clarté et un sens consommé de la pédagogie. Jean Solis possède bien le sujet mais sort quelque peu de sa place de modérateur pour rentrer dans le débat et faire front aux cotés de Vivenza.

J'ai apprécié ce débat. Mais je ne l'ai apprécié que sur un plan purement intellectuel. En effet, j'aurais pu être d'accord avec Bonnerot, ses idées ont l'air intéressantes mais la manière de les amener est insupportable. Loin de parler d'un vécu, d'une expérience personnelle éventuellement appuyée sur l'un ou l'autre texte, le théologien se contente de brandir les comptes-rendus des Conciles généraux de l'Eglise comme si c'était la vérité dernière ce qu'il semble sincèrement croire. Tant mieux pour lui mais au XXIe siècle, j'ai du mal à concevoir qu'on puisse encore sortir ce genre d'arguments imparables et définitifs. D'autant plus difficile à avaler quand on sait les pressions politiques, les intimidations et les jeux d'influences qui existèrent et existent toujours autour des Conciles. Personnellement, je ne crois pas à une vérité dogmatique inspirée lors de conciles généraux ou non et qui exclurait tout le reste des autres interprétations/religions dans le champ des hérésies et de l'erreur. Cette attitude d'auto validation m'est complètement insupportable tant spirituellement qu'intellectuellement. Je crois au maître intérieur, à l'expérience et à l'intuition, je crois aussi qu'on peut changer d'avis, évoluer, se rétracter, se tromper sans pour autant être plus proche ou plus loin de la Vérité.... c'est cela la Quête ! Pour le théologien, au contraire, aucune place laissée à l'interprétation et à la sensibilité personnelle. Bonnerot se discrédite donc complètement par sa manière d'amener ses arguments.

Quand à Vivenza, il se contentera de citer son interprétation personnelle d'Origène et de Martines de Pasqually. Mais encore une fois, si j'adhère à sa position sur la liberté de conscience et sur le non dogmatisme, je ne peux me retrouver dans sa conception pessimiste d'un monde conçu par Dieu par nécessité (comment Dieu peut-il être obligé de quoique ce soit, c'est Dieu ou pas ?!?) pour enfermer les esprits mauvais. Ce super Alcatraz qu'on appelle l'Univers retient aussi l'homme prisonnier dans un corps de chair pourrissant soumis à une mort aussi avilissante qu'inéluctable... (fichtre... brrr). Dans tout cela, je n'entends pas que Dieu est Amour et Lumière, je n'entends rien de l'Esprit artiste et créateur, rien de la Beauté et rien de l'épanouissement intérieur nécessaire à toute vie spirituelle équilibrée et authentique....

Bref il me semble qu'on rate le principal.

A voir tout de même pour se faire son opinion.

PHOTO du Traité : www.philosophe-inconnu.com

Tag(s) : #Théologie et spiritualité, #théosophie, #gnose

Partager cet article

Repost 0