Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C.S.Lewis est l'un des meilleurs auteurs du siècle dernier. L'un des plus grands conteurs et certainement l'un des plus brillants théologiens. Je me reconnais dans ce qu'il dit et je me régale toujours de ses ouvrages qui sont de véritables perles tant au niveau du style que de la richesse des réflexions. Ce livre, rédigé sous la forme d'un échange épistolaire entre Lewis et un ami, Malcom, est un traité savoureux sur la prière. Lewis y devise tantôt gaiement, tantôt gravement ou spirituellement de cette noble pratique spirituelle qui ouvre les canaux entre l'Homme et Dieu. Voici un morceau choisi qui personnellement m'a laissé songeur : « Nous sommes depuis longtemps d'accord pour dire que si nos prières sont exaucées, elles le sont depuis la fondation du monde. Dieu et ses actes se situent hors du temps. Les relations entre Dieu et l'homme ont lieu à des moments donnés pour l'homme, mais pas pour Dieu. S'il y a comme le concept même de la prière le laisse supposer – une adaptation entre les actions libres des hommes en prière et le cours des événements, cette adaptation est depuis le commencement, inhérente à l'unique grand acte créateur. Nos prières sont entendues – ne dites pas ont été entendues – sinon vous introduiriez Dieu dans le temps – non seulement avant que nous les fassions mais avant que nous mêmes ayons été fait. »

Ou encore : "Certains théologiens ont substitué la religion à Dieu, comme si l'on pouvait substituer le voyage en bateau à l'arrivée au port, la bataille à la victoire, employer courtiser à la place d’épouser, ou plus généralement remplacer la fin par les moyens."

 

C.S.Lewis, Lettres à Malcolm, Ed.Raphael, 2000

Lettres à Malcolm - C.S.Lewis : un savoureux traité sur la prière
Tag(s) : #Coin lecture, #prière, #Théologie et spiritualité

Partager cet article

Repost 0