Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Paracelse: De vita longa, Isny, Frankfurt, 1583.
Paracelse: De vita longa, Isny, Frankfurt, 1583.

RELIANCE UNIVERSELLE : Vous parlez d'experts en Vérité un peu comme l'on a des experts en économie, en architecture, etc... mais dans tous ces domaines l'expertise peut se vérifier selon des normes établies pour chaque discipline. L'expert en marketing devra montrer la rentabilité de son entreprise, l'expert en architecture la solidité de ses bâtisses (et certainement bien d'autres critères)... Alors précisément comment discerner l'expert autorisé à parler de la Vérité spirituelle. Car il faut bien admettre que celle-ci se cache et reste insaisissable dans sa globalité, quels sont les critères d’authentification, de discernement ?
Car cela se corse, il ne suffit pas malheureusement de dire "j'ai été appelé de Dieu, je connais la Vérité" pour que cela soit vrai. Toutes les Eglises le disent, toutes les sectes aussi et toutes en ont abusé à un moment de leur histoire pour commettre l'un ou l'autre méfait. Comment faire la différence lorsqu'on est une pauvre âme de Désir en recherche ? On peut déjà exclure le parcours d'érudition - certains maîtres avaient étudié des années, d'autres jamais mais avaient été choisi par Dieu (Boehme me vient à l'esprit mais il y en a d'autres...)
Cela se complique encore car même si l'on écrème (encore une fois selon quels critères ?) les charlatans les plus flagrants, il y a des contradictions majeures entre ce que prônent les religions, les philosophies, les traditions, les maîtres... Ne doit-on pas reconnaître que dans l'expression de la Vérité, la subjectivité ne peut pas être gommée... Rien de commun entre Paracelse et Padmashambava, rien entre Pic de la Mirandole, le Baal Shem Tov et Heȟáka Sápa, pourtant tous manifestent indéniablement ce quelque chose qui en font des maîtres véritables...

Enfin, le véritable Maître ne réside-t-il pas en chacun ? N'avons-nous pas une réceptivité naturelle à la Grâce qui fait que l'Esprit murmure à l'oreille de tous.
Tout cela ne plaide-t-il pas pour une exaltation de l'expérience personnelle et de la formulation subjective de sa compréhen
sion de la Vérité ?

HANS VAN KASTEEL : Avec raison, vous dites que «dans tous ces domaines l'expertise peut se vérifier selon des normes établies pour chaque discipline». Cela est vrai pour la cabale et l'alchimie aussi: tous deux se vérifient par l'expérience, bien sûr, même s'il faut reconnaître que celle-ci n'est pas donnée à tout le monde. En réalité, seul un vrai philosophe reconnaît un autre philosophe... et est capable de démasquer le faux.
En attendant, celui qui est attiré par l'enseignement des hermétistes fait bien, je pense, de s'intéresser d'abord à ceux dont la réputation est, pour ainsi dire, incontestée. Par exemple, tous les alchimistes citent et louent Lulle (ou le pseudo-Lulle), la Table d'émeraude, la Tourbe des philosophes, etc. Les bons philosophes citent les bons philosophes et sont eux-mêmes cités par eux. Voilà un critère assez sûr pour celui qui aborde ce genre de lectures.
Peut-être développe-t-on ainsi un “flair” permettant de distinguer d'autres vrais philosophes, moins connus ou moins cités, d'avec des faux?
Autre critère pour le chercheur: relever où, sur quels points précis, ces auteurs se rejoignent, se confirment, se complètent; c'est un conseil qu'ils donnent souvent. Il appartient au lecteur de l'appliquer.
Tout cela, évidemment, jusqu'au jour où, Dieu le donnant, on ait été soi-même éclairé.
Des imposteurs, des charlatans, des “faux prophètes”, il y en a et il y en aura toujours, hélas! Ils sont comme les épines auxquelles tout chercheur se heurte inévitablement, mais qui ne doivent pas le décourager d'avance.
Oui, le véritable Maître réside en chacun de nous, mais tant qu'il n'est pas réveillé et qu'il ne murmure rien du tout, ou tant que notre oreille ne l'entend pas, ceux qui ont connu, eux, ce réveil, restent nos meilleurs guides. Quand nous serons devenus à notre tour des maîtres, nous pourrons à notre tour guider et conseiller les autres. Nous n'aurons probablement même plus besoin des livres des autres maîtres du savoir. En attendant, celui-là serait bien sot qui voudrait se passer de leurs précieux enseignements, sous prétexte qu'en lui-même se trouve le véritable Maître! Il s'y trouve, là n'est pas la question, mais il ne parlera que s'il plaît à Dieu; chose qui n'est pas dans le pouvoir de l'homme seul. L'homme peut le demander, cela lui est même conseillé; le reste est entre les mains d'Isis. (à suivre...)

POUR LES EDITIONS BEYA, C'EST ICI

Miniature issue du livre Ars Magna attribué à R.Lulle

Miniature issue du livre Ars Magna attribué à R.Lulle

Tag(s) : #Interview, #ésotérisme, #Hermétisme

Partager cet article

Repost 0