Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

The Cloisters  - Copyright Halima Lena
The Cloisters - Copyright Halima Lena

Les dogmes ne sont pas des concepts arbitraires et figés dont la fonction serait d'imposer une Vérité ex-cathedra. Non. Un dogme se doit d'être vivant et organique sous peine de dégénérer et de se pétrifier. Le dogme est d'une certaine manière le coeur de la Tradition et la Tradition est la vie de l'Esprit, le dogme est donc le coeur de la Vie même. Par Tradition (avec un grand « t »), j'entends non pas un ensemble de coutumes culturelles, non pas une attitude passéiste ou réactionnaire devant la modernité et encore moins une posture moralisatrice. La Tradition, c'est autre chose, c'est une manière de voir le monde, une façon de percer la banalité du quotidien, d'aller au-delà du phénomène afin d'appréhender symboliquement et profondément l'existence.

Le dogme est la route qui mène à cette vision symbolique et qui, dans le même temps, la manifeste.

Cette vision du monde symbolique1 est fondée sur l'intemporel car le symbole est ce qui réunit l'esprit humain à l’indicible. En ce sens, le symbole est le signifiant d'un signifier plus large qui nous transcende mais en même temps se donne à connaître.

On peut dire la même chose du dogme qui est moins une vérité qu'une porte menant à la Vérité, celle-ci étant relation personnelle à l'indicible.

Le dogme et le symbole peuvent-ils survivre à la modernité ou sont-ils condamnés à s'y dissoudre ?

Lors d'un voyage à New-York, centre de l'hyper modernité, j'ai eu la chance d'aller visiter le musée « The Cloister » (les Cloîtres). C'est une expérience qu'il faut faire. On arrive après avoir traversé le Bronx, ses larges avenues surpeuplées de voiture, sans arbre et aux panneaux publicitaires criards. Au coeur de la ville apparaît alors une colline boisée, comme un oasis au milieu de la pollution urbaine. On monte au sommet de la colline par un petit chemin bordé de rochers moussus qui ne sont pas sans rappeler ceux que l'on trouve dans les forêts de Bretagne ou au Pays de Galles. Arrivé en haut, on domine la ville, vue imprenable mais surtout sentiment d'étrangeté quand au détour d'un chemin le musée, chef d'oeuvre de l'art roman, se dresse dans toute sa splendeur. « Les Cloîtres » est formé de l'assemblage de plusieurs monastères romans européens2. A l'intérieur, le plus beau musée médiéval qu'il m'ait été donné de voir, avec au centre un véritable jardin médicinal entretenu par une herboriste plein temps.

Au coeur de la Grosse Pomme, voilà que l'on trouve un fantastique écrin de symboles traditionnels (quoi de plus symbolique que l'art roman?).

Outre le choc esthétique, j'ai trouvé que cette expérience était symbolique en elle-même, car ne résume-t-elle pas ce qu'il nous appartient de faire en tant que chrétien ? Vivre le dogme, cultiver son intelligence afin d'en incarner son pouvoir symbolique tout en étant pleinement présent à notre société hyper moderne ?

1On peut aussi parler de vision mythico-poétique pour reprendre le terme de C.S.Lewis que j'affectionne particulièrement.

2The Cloisters est le nom donné aux cinq cloîtres (d'où leur nom) médiévaux français — Saint-Michel-de-Cuxa, Saint-Guilhem-le-Désert, Bonnefont-en-Comminges, Trie-en-Bigorre et de Froville et d une abside de la chapelle de Fuentidueña de la province de Segovia (Castilla y Léon, Espagne).— qui ont été incorporés à l’édifice construit pour les accueillir afin de constituer un ensemble d'espaces, de salles, de galeries et de jardins qui offrent un cadre harmonieux et évocateur dans lequel les visiteurs peuvent découvrir la riche tradition de la production artistique médiévale. (Wikipédia)

The Cloisters - copyright Adam Baker

The Cloisters - copyright Adam Baker

Tag(s) : #Moyen-Age, #Tradition, #Art et Culture, #Dogme, #Mytho-Poésie, #Symbolisme

Partager cet article

Repost 0