Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Walters Manuscript
Walters Manuscript

Réaliser sa mission de vie ne se fait pas sans obstacle. Le Père Monbourquette en distingue de trois types : les difficultés réelles, les fausses croyances et les résistances psychologiques.

a) Les difficultés réelles

Elles ne relèvent pas de l'imaginaire, citons à titre d'exemple : la pauvreté, le manque de formation adéquate, le manque de ressources, l'isolement, les responsabilités familiales...

Une fois sa mission révélée, Moïse se heurte à des difficultés réelles pour libérer son peuple. Avant de convaincre Pharaon de les laisser partir, il doit d'abord convaincre son propre peuple de lui laisser en prendre la tête, d'autant que Moïse n'est pas le meilleur rhéteur : Moïse dit au YHWH : « Je t’en prie, Seigneur, je ne suis pas doué pour la parole, ni d’hier, ni d’avant-hier, ni depuis que tu parles à ton serviteur. J’ai la bouche lourde et la langue lourde. » (Ex 4 ; 10)

Et Dieu lui répond : « YHWH lui dit : « Qui a donné une bouche à l’homme ? Qui rend muet ou sourd, voyant ou aveugle ? N’est-ce pas moi, YHWH ? Et maintenant, va, JE SUIS avec ta bouche et je t’enseignerai ce que tu devras dire. » (Ex 4 : 11-12)

Autrement dit, il n'y a pas d'obstacle, pas d'épreuves qui soient trop grandes que pour n'être surmontées avec l'aide de Dieu. Dès que la difficulté est identifié sans doute doit-on tout mettre en oeuvre pour la surmonter avec la ferme assurance que Dieu nous aidera au moment propice. Il y a une collaboration entre l'homme qui veut accomplir sa mission et Dieu qui aide tout en respectant les limites et la liberté de ses enfants.

b) Les fausses croyances

Ce sont des convictions profondément ancrées en nous mais qui n'ont en réalité aucune raison d'être. Par exemple : l'identification de sa mission à son travail, croire que l'on peut trouver sa mission en suivant l'exemple d'un grand personnage, en faisant des études de théologie, en suivant les directives d'un patron...

Dans l'Exode, le peuple d'Israël, abruti de travail, n'entend pas ou n'écoute pas la voix de la mission divine qui vient à eux par Moïse. Lorsque Moïse leur retrace le récit du Salut, c'est-à-dire lorsqu'il les replace dans le grand plan de la Providence divine, ils n'entendent pas : Moïse parla ainsi aux fils d’Israël, mais ils n’écoutèrent pas Moïse, tant leur dure servitude les décourageait. (Ex 6 ; 9). Sans l'insistance divine, sans Moïse, les hébreux auraient continué leur vie de servitude. Ils s'y seraient installés et identifiés tellement profondément qu'elle serait faussement devenue leur mission de vie. D'où l'importance de faire usage de discernement et d'être ouvert à la voix de la Grâce qui prend souvent des tours inattendus comme ici la personne de Moïse.

c) Résistances psychologiques

Les résistances intérieures à la mission sont inévitables mais aussi souhaitables. Quel véritable prophète souhaite-t-il devenir prophète ? Tout au long de sa vie, Moïse tergiverse, discute, traîne parfois les pieds. Depuis le premier appel où loin d'être enthousiaste il fait un détour avant de s'approcher du buisson : Moïse dit : « Je vais faire un détour pour voir cette grande vision : pourquoi le buisson ne brûle-t-il pas ? » (Ex 3;4).

Mais curieusement, ces résistances sont essentielles à la croissance et à l'affirmation de la mission. Carl Gustav Jung ne disait-il pas : « Nous n'aurions rien gagné mais nous aurions aussi perdu gravement si on enlevait les doutes aux penseurs, les tentations aux moralistes, la peur aux braves. Loin de les guérir, ce serait les amputer. »1

Pour vaincre nos propres résistances, Dieu va réitérer son appel, de plus en plus fort, de plus en plus profondément. : « Je multiplierai mes signes et mes prodiges au pays d’Egypte,... » (Ex 7;3)

On pourrait approfondir bien plus l'analyse des tribulations individuelle face à la mission de vie tant il est vrai que la réalisation de la vocation est d'une importance capitale et revêt une valeur spirituelle certaine. Le récit mythique inspiré de l'Exode n'est-il d'ailleurs pas avant tout l'histoire d'un appel divin et d'une mission peu à peu acceptée, intégrée et réalisée ? Et c'est cette acceptation graduelle et parsemée de résistances qui permet paradoxalement au peuple de Dieu, et à l'individu, de grandir et de s'ouvrir pleinement à la voix qui lui parle depuis un buisson ardent se trouvant aux tréfonds de notre être le plus intime.

1Cité par James Hillman in The Soul's Code, in search of character and calling, New York, Warner Books.

Tag(s) : #Mission de Vie, #Bible, #Judaïsme

Partager cet article

Repost 0