Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La naissance de Dieu - Jean Bottéro : Pour une intelligence de la foi

Ce livre, déjà un peu ancien, continue pourtant de faire date. Il présente de manière claire, sans érudition étouffante, les conditions de rédaction des premiers livres de la Bible : les premiers chapitres de la Genèse (dont il date et distingue les contributions diverses), Job, l'Ecclésiaste...

On y découvre les différentes époques qui ont vu la rédaction de ces livres, la spiritualité et la philosophie d'alors qui conçoit progressivement l'idée d'un Dieu unique et Créateur. On voit aussi comment, en s'inspirant des mythes mésopotamiens lors de l'exil, le peuple d’Israël en captivité formalise ces idées dans la Genèse et les autres livres. Ainsi, par exemple, il est manifeste que le récit poétique de la Genèse reprend sa structure à l'Enouma Elish et que celui du Déluge est un copier-coller de celui d'Utna Pishtim.

La lecture du livre de Bottéro est essentiel pour guérir d'une étrange maladie infantile : celle de l'idée d'un texte saint qui descendrait du Ciel ou serait dicté directement par Dieu comme un maître d'école. Non, le livre de Bottéro ne met pas la foi en péril comme on put le dire certains chrétiens intégristes et littéralistes, il l'aiguise.

D'abord comment la vérité des faits (par exemple l'antériorité des textes mésopotamiens par rapport à la Bible ou le fait que l'Exode soit une compilation de plusieurs textes donnant parfois des versions différentes du même événement) pourrait-elle mettre en péril la foi ? Si la foi est mise en péril par une vérité factuelle, historique ou scientifique, autrement dit, si elle repose sur un mensonge, c'est qu'elle n'est déjà pas très solide dans ses fondations et son intelligence interne. Il convient alors de remettre en cause sa manière de vivre ses croyances.

Il y a une parenté entre les mythes antiques et le texte biblique ? La belle affaire ! Déjà les Pères de l'Eglise l'avaient remarqué et Clément d'Alexandrie proposait qu'on applique à Homère, bien antérieur à la Bible, la même démarche de lecture spirituelle qu'à la Bible car pour les Pères, les textes antiques étaient également inspirés et disaient quelque chose de la Vérité. Comme si celle-ci, tel un perce neige, essayait de percer depuis l'aube des temps.

La Révélation ne descend pas du Ciel avec moult éclairs et lumières sur l'auteur biblique. Au contraire, elle mûrit pendant des siècles dans la conscience collective du peuple avant de surgir comme interprétation de l'Histoire. Le religion n'est alors plus vécue comme une imposition sociétale mais plutôt comme une relecture collective qui donne sens. Lecture collective qui permet à son tour, une lecture individuelle de sa propre existence à la lumière de la Résurrection et de l'Histoire sainte.

Le livre de Bottéro propose donc des pistes pour une intelligence de la foi qui favorise une juste perception de notre relation au Dieu qui se révèle. A l'inverse, il n'enjoint pas à sombrer dans l'affadissement et le relativisme typique de notre époque et qui, bien qu'à l'opposé du littéralisme, est tout autant réducteur et destructeur d'une foi mature.

Il faut donc se garder avec la même défiance de cette tendance « démythologisante » et ultra rationaliste qui considère anges, démons, miracles et manifestations divines comme autant de superstitions à évacuer. Le tout symbolique (au sens faible du mot) est aussi destructeur et bête que l’idolâtrie de la lettre.

Les plus grands penseurs de l'humanité et de la chrétienté l'ont toujours compris, de Saint Augustin à Thomas d'Aquin, de Clément d'Alexandrie aux Pères Cappadociens, d'Origène à C.S.Lewis, la véritable foi s'approfondit en utilisant l'intelligence et la raison assorties d'un esprit poétique et d'une imagination irriguées par l'Esprit.

Jean Bottéro, La naissance de Dieu, Folio, 1992.

Tag(s) : #Coin lecture, #Bible, #antiquité, #Judaïsme

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :