Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C.S.Lewis et la Loi Naturelle (1/12) : une Loi inscrite en chacun

Clive Staples Lewis est né le 29 novembre 1898 et est mort le 22 novembre 1963, le jour de l'assassinat de Kennedy et de la mort d'Aldous Huxley, ce qui explique que sa disparition passa inaperçue. Pourtant, il fut reconnu de son vivant comme l'un des écrivains majeurs du XXe siècle tant pour ses écrits d'apologétique que pour ses romans fantastiques et ses études sur la littérature médiévale.

Les œuvres de C. S. Lewis ont été traduites en plus de 40 langues et le recueil des Chroniques de Narnia s'est vendu à plus de 120 millions d'exemplaires dans le monde et continue à se vendre au rythme de plus d'un million d'exemplaires par an1.

C.S.Lewis commence sa carrière comme professeur à l'Université d'Oxford qu'il quittera pour un poste de professeur de littérature Médiévale et Renaissante à Cambridge.

Lewis n'est pas chrétien dans sa jeunesse, il est même fort critique à l'égard du christianisme auquel il réserve quelques textes acides. C'est en 1931 qu'il se convertit soudain, suite à la fréquentation de J.R.R.Tolkien qui deviendra son ami (ils enseignaient dans le même collège) et à la lecture de G.K.Chesterton.

Il est un conteur hors-pair à l'imagination puissante et symbolique (ses récits d'aventure sont de véritables contes aux sens multiples à l'instar du Seigneur des Anneaux de son ami Tolkien dont le caractère profondément traditionnel et chrétien n'est plus à démontrer).

Pour ce qui est de ses écrits apologétiques, le talent de Clive Staples Lewis réside dans son langage clair, ses exemples pris dans la vie quotidienne, sa puissance de raisonnement incisive et impitoyable. Notons que jamais, dans ses écrits, Lewis ne cite des passages de l'Ecriture. Ce choix assumé l'oblige à éviter l'argument d'autorité du Texte dont on le sent paradoxalement familier, connaisseur, et amateur. Il n'a alors d'autre choix que d'utiliser la logique pure et la raison, ce qui explique sans doute en grande partie son succès et le potentiel d'évangélisation que l'on porte souvent à ses livres.

Dans ce présent texte, nous présenterons la pensée de Lewis concernant la Loi Naturelle en suivant le cheminement logique de sa pensée et en nous basant principalement sur deux livres : « Les Fondements du Christianisme » et l' « Abolition de l'Homme ».

1. Comment une dispute révèle la Loi Naturelle

Dans sa démonstration magistrale de l'existence d'une Loi Naturelle, Lewis commence par interpeller le lecteur : « Vous est-il arrivé d'entendre des gens se quereller ? »2

Après cette simple question, tout le monde répond bien sûr par l'affirmative et se retrouve pris dans le raisonnement de l'auteur : « Nous pouvons apprendre une leçon importante en écoutant ce que les gens disent quand ils s'insurgent : « Tu aimerais qu'on te fasse la même chose ? C'est ma chaise, j'y étais avant toi ! Allez, tu l'as promis ! »3

Dans la citation ci-dessus, on remarque immédiatement que le plaignant (et nous le faisons tous) fait toujours appel à quelque chose qui est extérieur à la dispute. Il ne fait pas que dire « ton comportement me déplaît ». Non, c'est comme si l'attitude de la personne que l'on a en face de soi contrevenait à une conduite implicite que le vis-à-vis n'est pas censé ignorer. Et celui qui est accusé se justifie à son tour par rapport à cette règle implicite : « Il prétend que dans ce cas particulier la personne n'avait pas à garder son siège ou qu'un événement fortuit l'a empêché de tenir sa promesse... Manifestement, les deux parties ont à l'esprit une sorte de Loi ou Règle de franc-jeu ou de bonne conduite sur laquelle ils se basent. »4

Lewis en vient à la conclusion que le monde entier agit tout le temps comme si des règles du jeu universelles existaient de manière implicite. A moins de souffrir d'un dérèglement pathologique grave, personne ne va jamais vouloir faire le mal sciemment. Tout le monde va toujours essayer de mettre la « règle de franc-jeu » de son côté. En général personne ne saute à la gorge de son voisin ou de son collègue de manière instinctive, comme un animal dont l'instinct dicte le comportement. La plupart des gens vont plutôt essayer de montrer qu'ils ont droit à ce qu'ils demandent car l'autre a tort. Et bien sûr comme la plupart des gens (sinon tous) sont à des degrés divers de mauvaise foi ou se trompent sur la règle, le mal arrive.

Cette règle implicite fut toujours appelée « Loi Naturelle » et Lewis de mettre immédiatement en garde contre une fausse idée qu'on pourrait se faire de celle-ci. Car bien sûr la plupart des gens lorsqu'ils entendent parler de « Loi Naturelle » pensent immédiatement aux lois de la physique ou de la biologie. La différence entre les deux relève du libre arbitre : « Quand les penseurs d'autrefois appelaient Loi Naturelle la loi du Bien et du Mal, ils pensaient en fait à la Loi de la Nature Humaine. L'idée était la suivante : de même que tous les corps sont gouvernés par la loi de la gravitation et les organes par la loi de la biologie, la créature appelé Homme a aussi sa loi. Cette dernière est pourtant très différente : alors qu'un corps ne peut choisir s'il doit obéir ou non à la loi de la gravitation, un homme peut choisir d'obéir ou non à la Loi de la Nature Humaine. »5

1http://fr.wikipedia.org/wiki/C._S._Lewis

2C.S.Lewis, Les fondements du christianisme, Ed. Aimé Viala, 2013, p 19

3ibidem p 19

4ibidem p 19

5ibidem p 20

Tag(s) : #Tradition, #Théologie et spiritualité, #C.S.Lewis, #Morale, #Ethique, #Grande Guerre

Partager cet article

Repost 0