Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Transhumanisme (2/20) : une nouvelle humanité pour 2030

Qu'est-ce que le transhumanisme ? Si le terme apparaît pour la première fois en 1957 sous la plume de Julian Huxley, c'est surtout à partir de 1980 qu'il sera utilisé pour désigner la double réalité technique et philosophique naissante suite au développement de quatre sciences majeures : la nanotechnologie, la biotechnologie, la technologie de l'information et la technologie du cerveau (NBIC).

Dans la perspective transhumaniste, ces sciences peuvent être utilisées pour ceux qui désirent se servir de la technologie pour accroître leurs capacités physique, mentales ou reproductives et d'être davantage maîtres de leur propre vie, quitte à s'épanouir en transcendant nos limites biologiques actuelles.1

Les progrès exponentiels de ces sciences combinées sont tels que les responsables du mouvement transhumaniste, comme Raymond Kurtzweil, affirme que l'être humain en tant qu'espèce sera dépassé à l'horizon de l'année 2030.

C'est surtout la convergence des quatre sciences qui permettent cet extraordinaire bon technologique. Or, ces découvertes scientifiques et les applications qui en découlent transformeront tellement la société et surtout l'homme que la vie quotidienne et le rapport au monde en sera bouleversé.

A titre d'exemple de ces applications prévues, l'on peut citer pêle-mêle : des greffes d'organes artificiels, la mise au point de cornées construites à partir de polymères, des yeux bioniques affichant des informations à la demande, des puces greffées dans le cerveau capables d'augmenter la mémoire ou les capacités de raisonnement, une intervention illimitée sur le développement de l'embryon, etc... Le transhumanisme touche tous les aspects de la vie et s'appuie sur une philosophie et une certaine vision de la vie.

Car c'est bien à une nouvelle vision d'ensemble de l'existence et à une nouvelle définition de la vie qu'appelle le transhumanisme. Ainsi le corps de « l'être humain 2.0 » devrait voir le jour à partir de 2030. Sa nouveauté ? Être saturé de nano-robots qui détruiront les agents pathogènes, corrigeront les erreurs de notre ADN, élimineront les toxines et effectueront toutes sortes d'autres tâches pour améliorer notre bien-être physique2. C'est bien d'une fusion entre l'homme et la machine qu'il s'agit. Comme le signale Jean-Michel Truong : Les ordinateurs étaient à l'origine des machines très grossières et distantes, dans des pièces climatisées où travaillent des techniciens en blouse blanche. Ils sont ensuite arrivés sur nos bureaux, puis sous nos bras et maintenant dans nos poches. Bientôt, nous n'hésiterons pas à les mettre dans notre corps et notre cerveau3 et le scientifique Joël de Rosnay de surenchérir : L'homme du futur sera le résultat d'une complémentarité, et il faut l'espérer, d'une symbiose, entre un être vivant biologique et ce micro-organisme hybride (électronique, mécanique, biologique) qui se développe à une vitesse extraordinaire sur la terre et qui va déterminer, en partie, son avenir4.

1Déclaration de l'Association Transhumaniste Mondiale citée par Jean-Guilhem Xerri, Le Transhumanisme ou quand la science-fiction devient réalité, Documents Episcopat, n°9, 2013, p 8.

2Ray Kurtzweil, Humanité 2.0, M21 éditions, 2007, p 245.

3Jean Michel Truong, Totalement inhumaine, Ed. Les empêcheurs de penser en rond, 2001, p 332.

4Joël de Rosnay, L'homme en pièces détachées est-il toujours humain ? in Figaro Magazine, 21/02/2004.

Tag(s) : #Transhumanisme, #société, #Grande Corporation, #Scientisme

Partager cet article

Repost 0