Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Transhumanisme (12/20) : Une dystopie à venir...

Quel sera notre futur proche ? Les tenants du transhumanisme ne craignent pas de faire des projections à court terme. L'année 2030 est vue comme un horizon de changements majeurs. A cette époque, notre société globale aura-t-elle traversé la crise économique, politique et morale qui la déchire actuellement ? La technique aura-t-elle permis de supprimer la faim dans le monde, les inégalités, l'illettrisme et le manque d'éducation ? Vivrons-nous une longue vie, en pleine santé, débarrassés des tâches les plus contingentes ? Serons-nous dotés d'une conscience élargie, en pleine possession de notre créativité vivant harmonieusement dans un monde en paix ?

Les transhumano-sceptiques en doutent. Ils craignent plutôt l'avènement des pires dystopies posthumaines avec une humanité à peu près décérébrée et condamnée à céder la place aux créatures qu'elle a engendrées du temps où elle avait encore l'initiative.1

La liberté de remodelage et de libération du corps que propose le transhumanisme serait in fine, un leurre. En effet, comment pourrait-on encore se prévaloir d'un quelconque libre arbitre quand le réassemblage des gênes se fait avant la naissance, quand des psychotropes ou des nano-robots se chargent de régler l'humeur de chacun ou quand on propose des gélules de félicité perpétuelle ?

On voit déjà la facilité avec laquelle des médicaments sont prescrits aujourd'hui dès l'enfance, ce mouvement risque de s'amplifier : Les drogues serviront pour tout un ensemble de choses, pour les élèves qui ont une perception insuffisamment discriminante, pour ceux qui présentent des troubles de l'attention, pour ceux qui ont du mal à mémoriser les données mathématiques... Les individus normaux de demain pourraient bien devenir des êtres artificiels, aux sensations créées de l'extérieur.2

Avec clairvoyance, Georges Bernanos disait : on ne comprend absolument rien à la civilisation moderne si l’on n’admet pas d’abord qu’elle est une conspiration universelle contre toute espèce de vie intérieure.3

La dimension intérieure de l'homme est niée par les transhumanistes qui réduisent l'homme à un simple enchaînement mécanique de réactions chimiques et de réponses-stimuli. Déjà le cartésianisme, la modernité, le scientisme, l'athéisme et le nihilisme avaient sérieusement écorné la possibilité de penser une anthropologie intégrant une dimension spirituelle (comme le faisait l'humanisme classique) mais le posthumanisme consacre cette réduction. Avec sa volonté et sa prétention à tout expliquer et à tout contrôler, le transhumanisme conteste tout sublime à la nature humaine. L'humour, l'art, la poésie, le génie, la foi et l'amour sont disséqués comme de vulgaires insectes par les sciences cognitives, arrogantes et triomphantes.

1Jean-Michel Besnier, op.cit. p 47.

2Vance Packard, op.cit. pp. 68, 97.

3Georges Bernanos, La France contre les robots, Le Castor Astral, p 53.

Tag(s) : #Transhumanisme, #Illuminatis, #Nihilisme, #Scientisme

Partager cet article

Repost 0