Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lorka - Une nouvelle mandragore

Depuis l'antiquité les racines portent une forte charge symbolique. Qu'on se souvienne de la Mandragore administrée dans l'Antiquité pour chasser la mélancolie et les envies suicidaires. Au Moyen-Âge, cette même Mandragore est réputée pousser en-dessous des arbres à pendus, là où la Terre Mère a recueilli la semence de ceux qui passent de l'autre côté du Voile. Chargée de la puissance de la vie et de la mort, située entre les deux royaumes, celui qui veut la cueillir doit prendre garde. Quel mortel peut en effet déterrer impunément les secrets engendrés dans le sein noir et terreux ? Un traité de 1481, l'Herbarius Apulei, indique que la seule manière de s'y prendre est d'attacher la partie visible de la racine à la queue d'un chien avant d'attirer l'animal vers soi, qu'il se charge donc lui-même de déterrer la plante en tirant ! Et même de la sorte, le pauvre animal ne résistera pas car il faut savoir « que cette racine a en soi une telle puissance divine que, lorsqu'elle est extraite, au même moment, elle tue aussi le chien »

Lorka n'utilise pas d'animaux pour déterrer les racines qui forment la base de son travail mais les trésors qu'elle exhume n'en sont pas moins grands ni chargés de puissance. Est-ce pour protéger nos yeux profanes qu'elle recouvre ces racines vives d'un manteau ?

Les racines terreuses, habillées de couleurs vives, se parent alors d'une vie nouvelle. Tout comme le textile de leurs habits que Lorka ressuscite depuis des fins de bobines censées aller au rebut.

La vie entière, la nature, l'univers, nous raconte une histoire depuis la nuit des temps. Histoire de vie, de mort, de visible et d'invisible, de caché qui disparaît avant de venir éclater au grand jour,... Et Lorka se fait pour nous l'une des conteuses de cette histoire immortelle.

En toute humilité, l'artiste se fait ici co-créatrice avec le Grand Artiste. En toute simplicité, elle aide cette Nature à s'accoucher d'elle-même d'une manière inattendue, insoupçonnée. En regardant ces formes singulières, l'on a l'impression que tel un papillon sortant de sa chrysalide, quelque étrange et lumineux insecte va bientôt ouvrir ces fils colorés, déployer ses ailes chamarrées et s'envoler vers un ailleurs...

De la terre aux cieux ou de la Terre au Ciel, n'est-ce pas notre destin individuel et collectif : nous élever de notre condition première, faire croître les trésors cachés dans nos tréfonds intérieurs afin d'ouvrir bien grand nos ailes ?

Mais quel individu ou quelle société pourrait précisément se construire harmonieusement sans racine ? Notre société post-moderne ne se perd-elle pas à force de vouloir trop, trop vite, trop mal ? L'enracinement n'est-il pas une condition pour que la transformation s'opère, pour que la vie puisse éclater ?

L'oeuvre de Lorka nous interpelle sur des questions existentielles. Loin d'être figée, elle montre un état intermédiaire entre la nature brute, riche d'un sauvage potentiel et l'accomplissement qui restera à jamais hors d'atteinte.

Parce qu'il touche à des symboles forts servis par une matière vraie et une esthétique d'orfèvre, les racines habillées de Lorka sont comme des bijoux intemporels et essentiels, comme autant de questions posées sur notre nature et notre devenir profonds.

Lorka - Une nouvelle mandragore
Tag(s) : #Art et Culture, #Moyen-Age, #Mondes Invisibles

Partager cet article

Repost 0