Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Transhumanisme (19/20) : Conclusion - La dernière composante à capituler

Curieusement, les théologiens catholiques (ou ceux des autres religions) qui se penchent sur les questions soulevées par le transhumanisme sont pour l'instant peu nombreux. C'est sans doute une erreur, d'autant plus que le transhumanisme parle souvent de religion, soit pour la dénigrer de manière virulente, soit pour y greffer une spiritualité inspirée du new-age. Il est donc important que les théologiens des religions établies réfléchissent sur les changements majeurs qui risquent d'advenir et les conséquences théologiques qu'ils impliquent.

Le progrès veut dire aller vers un mieux disait C.S Lewis, et lorsque quelqu'un se rend compte que ce que l'on définit comme progrès n'en est pas un, qu'il freine et qu'il fait marche arrière pour revenir à l'embranchement où l'on s'est trompé, il est de facto plus proche du but que celui qui continue bêtement à rouler tout droit dans la mauvaise direction1.

Plutôt que de se servir de son génie pour améliorer ses conditions d'existence, ce qui est totalement juste, l'homme semble créer quelque chose susceptible de le détruire. C'est le désenchantement et le mécanisme qui dissout l'homme. Fatigué d'être lui-même et non roi juste et volontaire, l'homme s'efface progressivement. Plutôt que de se servir de la projection dans Internet afin d'élargir sa conscience du monde qui l'entoure, il est happé par la Toile et en vient à se considérer comme une cellule impersonnelle d'un corps. Ce corps n'est pas celui du Christ, il est horizontal et immanent, c'est un organisme collectif comme une fourmilière, c'est un corps sans âme...

Et C.S. Lewis toujours, de prophétiser : L'étape ultime sera atteinte lorsque l'Homme, par l'eugénisme, par le conditionnement prénatal et par une éducation et une propagande fondées sur une psychologie parfaitement appliquée, sera parvenu à exercer un contrôle total sur lui-même. La nature humaine sera la dernière composante de la Nature à capituler devant l'Homme. La bataille sera alors gagnée. Nous aurons ôté le fil de la vie des mains de la Parque et serons désormais libres de façonner notre espèce conformément à notre bon vouloir. La bataille aura, certes, été gagnée, mais qui, exactement, l'aura remportée ? Car, le pouvoir qu'a l'Homme de faire de l'espèce humaine ce qui lui plaît est de fait le pouvoir qu'ont certains hommes de faire des autres ce qui leur plaît.2

Peut-être est-il déjà trop tard : Il aurait fallu qu’une réflexion soit entreprise il y a très longtemps. Il y a une dizaine d’années, il était peut-être encore temps d’imaginer une attitude souple à l’égard de ces évolutions, en contrôlant, en régulant, en restant attentif à ce qui allait se passer. Maintenant c’est trop tard. Les choses ont largement échappé à la régulation. Chaque législation a pris un cours différent. Certains pays ont tout interdit, d’autres autorisent tout. Le seul fait de ces différences crée des interstices dans lesquels peuvent se glisser toutes les pratiques possibles3.

1C.S. Lewis, Les fondements du christianisme, Ed. Aimé Viala, 2013.

2C.S. Lewis, L'Abolition de l'Homme, Raphaël Edition, 2000, p 76.

3 Sabine Cauvez et Didier Manuel, Entretien avec Jean-Michel Truong sur le clonage humain in Revue Singe n° 3, hiver 2003 (http://www.jean-michel-truong.com/divers/singe.htm).

Tag(s) : #Transhumanisme, #Scientisme, #C.S.Lewis, #Nihilisme, #Illuminatis, #Ethique

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :