Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Archange, le para et le chevalier

Dans les armées des pays catholiques, chaque corps de troupes a un Saint Patron. Ainsi Saint Maurice est le patron de l'infanterie, Saint Georges est le patron des blindés, Saint Gabriel protège les services de renseignements, etc...

Saint Michel, général des armées célestes tient évidemment une place de choix dans le cœur de tous les soldats. Au sein de l'armée française et de l'U.S. Army, Saint Michel est le protecteur des paras.

Ô Saint Michel, patron des paras

Trempe nos cœurs de hardiesse

Conduis nos pas joyeux

Pour le devoir tout près de Dieu

Guide-nous dans les durs sentiers

Et garde nous de nos détresses

O Michel, patron des paras

Trempe nos cœurs de hardiesse.

O Michel, Ange chevalier

Lave nos cœurs dans l'onde pure

Fais-nous loyaux et droits

Et valeureux en tes tournois

Pour servir fais nous être prêt

Et défends-nous de tout parjure,

O Michel, Ange chevalier

Lave nos cœurs dans l'onde pure.

O Michel, Ange des guerriers

Arme nos cœurs de sainte audace

Ta main vengea les cieux

Arrache nous aux camps peureux

Laisse-nous résolus et fiers

Sangle nos chairs dans les cuirasses

O Michel, Ange des guerriers

Arme nos cœurs de sainte audace.1

Et il est vrai que la tâche du soldat chrétien est de ramener la paix et de protéger les citoyens. Chevalerie hier, para aujourd'hui, d'autres champs de bataille, d'autres armes mais un même esprit fait d'honneur, de loyauté, de courage et d'abnégation. Contrairement au pacifisme intégriste qui cache souvent de la lâcheté ou des conceptions politiques extrêmes, un esprit guerrier n'est certainement pas incompatible avec le christianisme, que du contraire. A un niveau individuel, le courage, l'honneur et la force sont des vertus qui viennent de Dieu et qui n'entrave nullement l'amour du prochain car le vrai soldat chrétien n'a pas de haine dans le cœur et combat pour une cause juste : Car c'est en considérant les dispositions du coeur, et non pas en jugeant du résultat de la guerre, qu'il faut estimer le danger couru par un chrétien ou la victoire qu'il remporte. Si la cause du combat est bonne alors l'issue ne saurait être mauvaise. Au contraire, la fin ne saurait être jugée bonne si la cause est mauvaise et si, l'intention au départ n'est pas droite... 2

Et Saint Bernard d'insister : motivé par l'orgueil, la cupidité ou la vengeance, aveuglé par la haine ou l'ignorance, le chrétien commet le pêché d'homicide. Son exhortation a des accents très contemporains : Les guerres entre vous, et les litiges, n'ont d'autres causes qu'un mouvement de colère irrationnelle, ou un appétit de vaine gloire, ou encore le désir cupide de s'adjuger quelques bien terrestres.3

Au niveau collectif, l’Église a mis un bon millénaire à conceptualiser la notion de guerre juste. Car c'est une chose que d'accepter de prendre les armes pour défendre les plus faibles de la barbarie ou des invasions, c'en est une autre d'être agresseur. A l'époque contemporaine, l’Église détermine dans son catéchisme plusieurs conditions pour mener une guerre :

- Il faut que la guerre soit défensive, qu'elle serve à se prémunir contre des dommages graves et durables.

- Il faut que tous les autres moyens ait été épuisé.

- Il faut que l'emploi des armes ne cause pas de dégâts plus grands que ceux contre lesquels on se prémuni.

Et Vatican II de rajouter : « Dans une telle conjoncture, faisant siennes les condamnations de la guerre totale déjà prononcées par les derniers papes, ce saint Synode déclare : Tout acte de guerre qui tend indistinctement à la destruction de villes entières ou de vastes régions avec leurs habitants est un crime contre Dieu et contre l’homme lui-même, qui doit être condamné fermement et sans hésitation. »4

1« Le chant de tradition des parachutistes est inspiré d'un cantique béarnais dédié à Notre-Dame-du-Bout-du-Pont et chanté, d'après la légende, par Jeanne d'Albret en accouchant du futur Henri IV. Les paroles sont adaptées de la version créée pour les scouts routiers par le père Doncœur et publiées pour la première fois dans le recueil de Chant de Roland en 1927. Représentant les anciens dieux du tonnerre des mythologies celtes et nordiques, les parachutistes ont choisi saint Michel comme patron. L'archange est le chef des armées célestes, en se plaçant sous sa protection, les parachutistes veulent lui ressembler : « La mer s'est ébranlée et la terre a tremblé là où saint Michel est descendu du ciel », nous dit l'Offertoire de la messe du 8 mai qui lui est dédiée. Que ce patronage leur rappelle que le rôle du soldat n'est pas de porter la guerre et le désordre, mais de ramener la paix, disait François Casta quand il était aumônier au 1er B.P.C. C'est Charlemagne qui décrète le 29 septembre, fête officielle de l'empire, saint Michel est proclamé patron et chef des Gaules. Cette consécration est authentifiée par les nombreux miracles qui la confirment et renouvelée par les pèlerinages au mont Saint-Michel effectués par les saints, les rois et les princes de l'Eglise tout au long de l'histoire de France. » in Thierry Bouzard, Anthologie du chant militaire français, Lacour, 2000

2Bernard de Clairvaux, Eloge de la Nouvelle Chevalerie, I, 2

3Bernard de Clairvaux, Eloge de la Nouvelle Chevalerie, II, 3

4Gaudum et Spes, 80

Tag(s) : #Anges - Vertus & Esprit Chevaleresque, #Esprit Chevaleresque, #Armée, #Guerre Juste, #Eglise de Vie, #Patriotisme

Partager cet article

Repost 0