Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les 9 preux - Josué (4/4) : La chute de Jéricho et la recréation du monde

Comment Josué doit-il s'y prendre pour faire tomber la ville ? De la plus étrange des façons qui vaut la peine d'être lue dans son intégralité :

Le Seigneur dit à Josué : « Vois, je t'ai livré Jéricho et son roi, ses vaillants guerriers. Et vous, tous les hommes de guerre, vous tournerez autour de la ville, faisant le tour de la ville une fois ; ainsi feras-tu six jours durant. Sept prêtres porteront les sept cors de bélier devant l'arche. Le septième jour, vous tournerez autour de la ville sept fois, et les prêtres sonneront du cor. Quand retentira la corne de bélier — quand vous entendrez le son du cor —, tout le peuple poussera une grande clameur ; le rempart de la ville tombera sur place, et le peuple montera, chacun droit devant soi. » Josué, fils de Noun, appela les prêtres et leur dit : « Portez l'arche de l'alliance, et que sept prêtres portent sept cors de bélier devant l'arche du Seigneur. » Il dit au peuple : « Passez et faites le tour de la ville, mais que l'avant-garde passe devant l'arche du Seigneur. » Tout se passa comme Josué l'avait dit au peuple : les sept prêtres qui portaient les sept cors de bélier devant le Seigneur passèrent et sonnèrent du cor. L'arche de l'alliance du Seigneur les suivait. L'avant-garde marchait devant les prêtres qui sonnaient du cor et l'arrière-garde suivait l'arche ; on marchait et on sonnait du cor.

Josué donna cet ordre au peuple : « Vous ne pousserez pas de clameur, vous ne ferez pas entendre votre voix et aucune parole ne sortira de votre bouche jusqu'au jour où je vous dirai : “Poussez la clameur” ; alors vous pousserez la clameur. »

L'arche du Seigneur tourna autour de la ville pour en faire le tour une fois, puis ils rentrèrent au camp et y passèrent la nuit. Josué se leva de bon matin, et les prêtres portèrent l'arche du Seigneur ; les sept prêtres qui portaient les sept cors de bélier devant l'arche du Seigneur se remirent en marche en sonnant du cor. L'avant-garde marchait devant eux et l'arrière-garde suivait l'arche du Seigneur : on marchait en sonnant du cor. Ils tournèrent une fois autour de la ville le second jour, puis ils revinrent au camp. Ainsi firent-ils pendant six jours. Or, le septième jour, ils se levèrent lorsque apparut l'aurore et ils tournèrent sept fois autour de la ville selon ce même rite ; c'est ce jour-là seulement qu'ils tournèrent sept fois autour de la ville. La septième fois, les prêtres sonnèrent du cor et Josué dit au peuple : « Poussez la clameur, car le Seigneur vous a livré la ville. La ville sera vouée à l'interdit pour le Seigneur, elle et tout ce qui s'y trouve. Seule Rahab, la prostituée, vivra, elle et tous ceux qui seront avec elle dans la maison, car elle a caché les messagers que nous avions envoyés. Quant à vous, prenez bien garde à l'interdit de peur que vous ne convoitiez et ne preniez de ce qui est interdit, que vous ne rendiez interdit le camp d'Israël et que vous ne lui portiez malheur. Tout l'argent, l'or et les objets de bronze et de fer, tout cela sera consacré au Seigneur et entrera dans le trésor du Seigneur. » Le peuple poussa la clameur, et on sonna du cor. Lorsque le peuple entendit le son du cor, il poussa une grande clameur, et le rempart s'écroula sur place ; le peuple monta vers la ville, chacun droit devant soi, et ils s'emparèrent de la ville. Ils vouèrent à l'interdit tout ce qui se trouvait dans la ville, aussi bien l'homme que la femme, le jeune homme que le vieillard, le taureau, le mouton et l'âne, les passant tous au tranchant de l'épée. (Jos 6 ; 2-21)

La scène est impressionnante, épique. Des centaines ou des milliers de guerriers tournant en silence autour de la forteresse. Leur marche uniquement rythmée par le son des shofars, les cors juifs. A la fin le silence est rompu par un cri unique mais prononcé par des milliers de voix. Un cri comme le Verbe primitif qui résonna au cœur de l'Univers initiant le Big Bang.

Seul le Verbe peut faire tomber nos murailles intérieures, seul le Verbe répercuté par la prière de milliers peut changer la réalité et influencer sur l'Histoire.

Et du Big Bang, de l'impulsion primordiale, il en est bien question ici. Car sept, c'est évidemment le nombre d'étapes symboliques de la Création. Six jours pour créer et le dernier pour laisser être. En tournant sept fois autour la citadelle, Josué « qui sauve » recrée le monde, lui donne une nouvelle naissance en faisant sauter les murailles qui emprisonne le faible souffle créateur prostitué . Faible souffle mais qui sera indirectement à l'origine de la naissance du Sauveur des sauveurs, Dieu Incarné lui-même !

Encore une fois ramené à notre existence, le récit symbolique insiste sur la nécessité de laisser Dieu nous libérer de nos limitations étouffantes, de nos cloisons individuelles et collectives. Comment ? En le laissant entrer en nous afin de faire rendre gorge à tous les aspects impies de notre personne, c'est à dire tous les aspects qui ne sont pas tournés et imprégnés d'amour, tous les aspects marqués par l'égoïsme et le cynisme, tous les aspects qui nous empêchent d'être pleinement humain. Car la seule manière d'être humain, c'est d'être en pleine et consciente relation avec Dieu. De là découle tout le reste qui est donné en surplus : joie, fécondité, créativité, bonheur et amour du prochain.

Tous ces termes brandis trop souvent par les marchands de spiritualité facile et new-age qui vendent du bonheur guimauve et qui font de la spiritualité un vague sentimentalisme évanescent.

Par son côté guerrier, sanglant, voir sauvage, la prise de Jéricho nous rappelle que la conquête sur nous-mêmes se fait de haute lutte et non sans peine mais que le prix vaut largement la douleur passagère puisque c'est Dieu lui-même qui octroie le trésor d'or pur !!!

Tag(s) : #Bible, #Judaïsme, #Psychanalyse, #Jésus-Christ, #Guerre Sainte, #9 Preux

Partager cet article

Repost 0