Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« Ne soyez donc pas bouleversés : vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Dans la maison de mon Père, beaucoup peuvent trouver leur demeure ; sinon, est-ce que je vous aurais dit : Je pars vous préparer une place ? Quand je serai allé vous la préparer, je reviendrai vous prendre avec moi ; et là où je suis, vous y serez aussi. Pour aller où je m'en vais, vous savez le chemin. »
Thomas lui dit : « Seigneur, nous ne savons même pas où tu vas ; comment pourrions-nous savoir le chemin ? » Jésus lui répond : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. Puisque vous me connaissez, vous connaîtrez aussi mon Père. Dès maintenant vous le connaissez, et vous l'avez vu. » (Jean 14 ; 1-7)


 

Ce passage de l'Evangile de Jean, s'il est interprété littéralement, peut faire croire que seule la foi dans le personnage historique de Jésus mène au Salut. Ce qui est évidemment problématique au vu de l'ensemble des spiritualités terrestres censées toutes mener à l'aboutissement de l'évolution animique. Il est bon de rappeler que déjà au XVIe siècle, devant la découverte du Nouveau Monde, l'Eglise avait peu à peu abandonné sa position horrible d'implication : « En dehors de l'Eglise, point de Salut ! », pour admettre que les Indiens pouvaient être sauvés..
Il est bon de le rappeler, car cette philosophie exclusiviste du Salut refait son retour en force chez les fondamentalistes catholiques, protestants (il s'agit alors de : « en dehors du Christ, point de Salut ! »), orthodoxe ou musulman (en dehors de l'Islam, point de Salut). Sans en avoir la preuve, je ne serais pas étonné que certains bouddhistes exaltés (et oui, il y en a !) pensent qu'en dehors du bouddhisme point de sortie des cycles de la réincarnation !


Cette attitude, outre son sectarisme évident, m'a toujours semblé du plus profond ridicule. Alors comme ça, pour les uns « en dehors du Christ, point de Salut » ? Evacuée alors, la poésie relevée de Jâlal ad din Rûmi, la science mystique d'Ibn Arabi, le verbe foudroyant de Ghazali...
Et pour les autres « en dehors de l'Islam, point de Salut ? » A la poubelle donc, la pensée profonde de Lao Tseu, les élans sublimes de Padmashambava, la force de Milarepa...

 

Et je ne parle même pas des auteurs classiques et païens, antérieurs au christianisme (et donc à l'Islam) qu'on a voulu faire disparaître dans les oubliettes de l'histoire et qui ne doivent leur survie qu'à l'Académie de Florence : Platon, Plotin, Proclus et l'anonyme Corpus Hermeticum...

 

- Ho, me dira-t-on, vous citez des classiques de la littérature, tout le monde n'est pas un grand auteur qui traverse les siècles, ces textes sont intéressants d'un point de vue historique et philosophique mais ne sauvent pas. C'est la foi en Jésus (ou en l'Islam) dans la vie quotidienne qui sauve...
- Et quoi ?!? Vous pensez réellement que tous les baptisés seront « sauvés » et les autres condamnés ? Vous pensez vraiment qu'il suffit de prononcer la Shahada pour rejoindre le Paradis ?

 

S'il suffisait d'avoir un peu de flotte sur la tête ou de murmurer une phrase pour être relié à Dieu, cela se saurait.
Sans dénigrer l'importance du rite du baptême, ou de la profession de foi, ou de la prise de refuge, en tant que rite incluant dans une communauté (symboliquement et psychiquement), il est clair que l'appartenance à une religion spécifique n'est pas en elle-même un gage d'accomplissement spirituel.
Je suis intimement persuadé que la Lumière divine est en chaque être, sans exception, et ce depuis le commencement des temps. Il serait temps de prendre conscience que Dieu ne veut pas de moutons suivant aveuglément des règles toutes faites et édictées par des docteurs de la Loi quelconque. Dieu veut des gens qui aillent vers Lui, en pleine conscience et en pleine liberté. Et ce chemin ne peut s'initier qu'en étant pleinement centré, équilibré et en vérité avec soi-même.

 

Dieu apportant les Tables de la Loi à Moïse fut un événement capital dans l'histoire humaine, l'irruption directe de Dieu dans l'affaire des hommes... Fut-elle la seule ? Dieu omnipotent n'intervint qu'à ce moment là, à cet endroit là ? Je n'aurais pas la prétention de l'affirmer.

 

Dieu s'incarnant en Jésus Christ, vrai homme et vrai Dieu fut un événement capital dans l'histoire humaine, l'intervention directe de Dieu pour montrer la Voie aux hommes... Fut-elle la seule ? Dieu omniscient ne s'est-il incarné qu'une seule foi pour montrer un chemin aux hommes ? Je n'aurais pas la prétention de l'affirmer.

 

Dieu s'exprimant par la bouche de Mahomet, Paix sur Lui, fut un événement capital dans l'histoire humaine, la Parole de Dieu s'adressant à un seul pour le bénéfice de tout un peuple... Fut-elle la seule ? Dieu omniprésent ne s'est-il adressé qu'à une seule de ses créatures ? Je n'aurais pas, non plus, la prétention de l'affirmer.

 

Alors il serait temps que les gens comprennent : la quête dure depuis le début des temps et sera jusqu'à la fin de temps. L'homme ne recherche qu'une chose : la Lumière de Dieu. Et celle-ci fut, est et sera figurée de mille et une manières. La multitude de formes que l'homme donna (Horus, Mithra, les Ases, Lugh,...), donne (Dieu, Jésus, Bouddha, Shiva,....) ou donnera ( ?) à la Lumière est le reflet de la multitude infinies d'aspects que revêt Dieu, lui qui est au-delà de toutes formes et de tous noms.

 

Lorsque c'est nécessaire, Dieu intervient ici ou là pour revitaliser la spiritualité, pour réactualiser Sa Présence. Vu de cette manière évidemment, la Vérité n'est plus exclusive mais bien polymorphe. Ce n'est pas un appel au nivellement par le bas ou au syncrétisme creux mais le constat de l'expression éternelle et multiple de la noble quête de l'espèce humaine.

 

En prononçant ces mots (s'il les a prononcé hein, faut pas oublier que l'Evangile de Jean fut rédigé au bas mot 70 ans après la crucifixion), en prononçant ces mots donc, Jésus nous dit qu'Il est la Voie et la Vérité. Pas lui en tant que corps historique et mortel mais Lui en tant que Lumière des lumières : « Moi, Dieu, je suis le chemin vers Dieu », ce qui n'est pas sans rappeler le fameux « Je suis celui qui Est ». La Lumière est partout présente, même au cœur des ténèbres :

 

« Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu.
Elle était au commencement avec Dieu. Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans elle. En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes.
La lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont point reçue. » (Jean 1 ;1- 5)

 

La Lumière est présente au cœur de chaque être vivant, Elle est le souffle de Vie qui se contrefiche de l'aspect extérieur qu'on lui donne et des formes périssables dont on la revêt car le Feu est éternel et s'adapte sans cesse pour montrer le chemin aux hommes errants.

 

N'en déplaise aux étriqués qui pensent être les seuls à avoir découvert l'eau chaude et qui tentent de mettre leur patente sur le divin.

Partager cet article

Repost 0