Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hé ressemble à une fenêtre ouverte.  C’est la lettre du souffle de vie, qui circule par l’ouverture entre les différents niveaux de l’âme.  Hé est la lettre de la Pensée, de la Parole et de  l’Action.

 

Hé est présente deux fois dans le nom de Dieu (Yod Hé Vav Hé).  Pour Georges Lahy « placée en fin de mot, la lettre Hé apporte la féminité et symbolise la Shekinah, la Présence divine ».

Dieu est partout présent dans la Création car s’Il était absent d’un seul élément dans l’Univers, l’élément en question cesserait immédiatement d’exister.  Ici, il est absolument essentiel de faire la différence entre le panthéisme et le panenthéisme. 

 

Pour le panthéisme tout est Dieu, Dieu n'est pas un être personnel distinct du monde, mais il lui est immanent (en opposition au Dieu créateur et transcendant).  On oppose donc souvent le panthéisme aux religions abrahamiques qui ont fortement combattu ce mode de pensée, sombrant souvent, par opposition, dans un transcendantalisme sec.

 

Le panenthéisme affirme, avec le panthéisme, la thèse selon laquelle Dieu contient en soi le monde, mais il s'écarte de celui-ci et se rapproche du théisme dans la mesure où il soutient l'irréductibilité de Dieu par rapport au monde, et donc sa transcendance relative.

A signaler que dans le cadre de la philosophie contemporaine, le terme a été employé par quelques philosophes et théologiens américains disciples de Alfred North Whitehead pour indiquer leur vision « bipolaire » de la divinité : Dieu est l'être absolu relatif, nécessaire-contingent, infini-fini.

En effet, tout en ayant une essence immuable et en existant par nécessité intrinsèque, Il se réalise qu'en référence avec le monde, tirant de sa vie impérissable les valeurs qui émergent du processus cosmique, dont il est lui-même l'artisan.

Ce panenthéisme, suggéré par le symbolisme de la lettre Hé (la fenêtre est ouverte entre les différents niveaux de réalité), est en réalité l’esprit et la richesse de la pensée abrahamique, magnifiquement exprimée (entre autres) dans la doctrine des énergies divines de Grégoire de Palamas.

 

Chaque être vivant possède en lui cette fenêtre sur sa lumière intérieure et sur les énergies divines qui irriguent toute la Création.  Sans ces énergies, pas d’existence car pas de vie.  C’est pour cette raison que c’est le cinquième jour que la vie croît et se multiplie à la surface de la Terre car Hé est la cinquième lettre de l’alphabet.  Ce jour là, les fenêtres présentes dans chaque règne s’ouvrent et les énergies divines coulent à flot :

 

« Dieu dit : « Que les eaux grouillent de bestioles vivantes et que l'oiseau vole au-dessus de la terre face au firmament du ciel. » Dieu créa les grands monstres marins, tous les êtres vivants et remuants selon leur espèce, dont grouillèrent les eaux, et tout oiseau ailé selon son espèce. Dieu vit que cela était bon. Dieu les bénit en disant : « Soyez féconds et prolifiques, remplissez les eaux dans les mers, et que l'oiseau prolifère sur la terre ! » Il y eut un soir, il y eut un matin : cinquième jour. » (Gn 1 ;: 20 – 23)

 

Lorsque Abram devient Abraham, c’est un « Hé » qui est rajouté à son nom :

 

« Abram se jeta face contre terre, Dieu parla avec lui et dit : 4« Pour moi, voici mon alliance avec toi : tu deviendras le père d'une multitude de nations. 5On ne t'appellera plus du nom d'Abram, mais ton nom sera Abraham car je te donnerai de devenir le père d'une multitude de nations 6et je te rendrai fécond à l'extrême : je ferai que tu donnes naissance à des nations, et des rois sortiront de toi. J'établirai mon alliance entre moi, toi, et après toi les générations qui descendront de toi ; cette alliance perpétuelle fera de moi ton Dieu et Celui de ta descendance après toi. » (Gn 17 ; 3 – 7)

 

Abram a ouvert complètement sa fenêtre intérieure et la Lumière du Royaume et de l’Esprit pénètre pleinement en son âme, il devient Abraham, portant pleinement la Lumière aux nations du monde.

 

Le Sepher haBahir parle de cette relation entre Dieu et l’homme via le Hé et la comparant à   un père parlant à sa fille :

 

« Quelle est ici la fonction du Hé ? A quoi cela est-il comparable ? II était une fois un Roi qui avait une fille bonne, agréable, belle et parfaite. II la maria à un prince royal, l'habilla, la couronna, la couvrit de joyaux et lui donna une importante dot. Est-il possible pour le roi de se séparer à jamais de sa fille ? Vous consentirez que ce n'est pas possible. Est-il possible pour lui d'être avec elle constamment ? Vous consentirez aussi que ce n'est pas possible. Que peut-il donc faire ? Il peut placer une fenêtre entre eux, et ainsi lorsque le père requiert la fille, ou que la fille requiert le père, ils peuvent se rencontrer par la fenêtre. Il est écrit (Psaume 45:14) : « Toute la gloire est à I'intérieur de la fille de roi, le vêtement est serti d'or ». (Sepher haBahir 84) »

Tag(s) : #Art et Culture

Partager cet article

Repost 0