Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La sixième lettre de l’alphabet hébreux a sa place plus que tout autre sur ce site puisqu’elle exprime la notion de « reliance » qui m’est chère.  L’idéogramme d’origine du Vav symbolisait une cheville de bois dont on se servait pour réaliser des assemblages.  La lettre a gardé cette notion d’unification : elle est la force qui rassemble, qui unit sans confondre.

Le Vav unit les deux Hé du tétragramme divin (Yod Hé Vav Hé), le Hé exprimant le souffle divin et la fenêtre ouverte sur l’infini.   Dans cet ordre d’idée, sans doute serait-il plus judicieux de nommer Dieu, « Dieu, le père-mère » plutôt qui de ne prendre que la partie masculine de Son Être.  Adopter une vision de Dieu qui inclut les deux pôles de l’existence, voilà qui pourrait transformer la société patriarcale misogyne en une société enfin équilibrée. Le Hé final représentant la Shekinah ou partie féminine de Dieu, il est tentant de voir dans les deux Hé, une manifestation des deux polarités (masculine et féminine) qui sont unies par le Vav.

 

Car le message de Vav est celui de l’interdépendance et de l’union.  Nous sommes tous reliés les uns aux autres, toutes nos pensées, nos paroles ou nos actions influencent notre environnement et la vie sur Terre. 

 

   -   Voilà une idée connue me dira-t-on, c’est le coup du battement d’aile du papillon !

 

Si l’on veut.  Mais comme toujours, savoir et connaître sont deux choses différentes.  Savoir une chose intellectuellement, ce n’est pas la mettre en pratique, la vivre et la connaître intérieurement.  Car s’il faut aimer les autres comme soit même, c’est parce que littéralement les autres sont nous-mêmes : indépendants en apparence mais unis par les liens les plus fort qui soient – ceux de l’âme universelle. 

 

-      C’est bien beau, rajoutera-t-on, mais n’est-ce pas un peu naïf ? Quand nous vivons dans un monde de combat, où chacun essaye de profiter de l’autre, d’imposer son mode de vie religieux, politique ou économique ?

Certes, nous vivons dans un monde en exil dont la première conséquence est une désorganisation intérieure.  C’est cette désorganisation fondamentale qui nous pousse à détruire, à humilier, à rabaisser… La première tâche est donc de rétablir l’équilibre en nous, d’opérer la conjonction des contraires et la reliance au sein des différentes parties de notre être : corps – âme – esprit.  Ensuite, nous pourrons relier la Terre d’en-bas à la Terre d’en-haut, notre petit moi au grand Soi, notre être fini à notre part infinie, bref nous fondre sans nous confondre à la Présence divine.

 

A noter que Vav est la sixième lettre et correspond au sixième jour de la Création.  Or, c’est ce jour là que fut créé l’Âme humaine, à la fois masculine et féminine (« Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu, homme et femme, il le créa »)

Homme qui d’emblée était lié (Vav) à la Création : « Puis Dieu dit: Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu'il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. » (Gn 1 ; 26).  C’est ce jour là aussi que la Création fut parachevée et que tous ces éléments constitutifs se lièrent entre eux dans un formidable (mais fragile) équilibre écologique : « Et Dieu dit: Voici, je vous donne toute herbe portant de la semence et qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre ayant en lui du fruit d'arbre et portant de la semence: ce sera votre nourriture.  Et à tout animal de la terre, à tout oiseau du ciel, et à tout ce qui se meut sur la terre, ayant en soi un souffle de vie, je donne toute herbe verte pour nourriture. Et cela fut ainsi. » (Gn 1 ; 29-30)

 

Vav ou le principe de reliance appliqué à chaque niveau (interne et externe) de l’être est l’une des clés majeures de la Réintégration au Royaume.

Tag(s) : #Art et Culture

Partager cet article

Repost 0