Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Afin de marquer le 150' anniversaire de la parution de L'Origine des espèces, ouvrage fondateur de Darwin, l'université pontificale grégorienne de Rome a récemment accueilli une conférence sur l'« évolution biologique, faits et théories », sous le patronage du Conseil pontifical pour la culture. Des scientifiques tels que les Français Yves Coppens et Jacques Arnould étaient conviés à la discussion. En étaient exclus les partisans affichés du créationnisme ou même du « dessein intelligent » - les organisateurs ne cautionnant pas, au niveau scientifique, théologique ou philosophique, cette dernière « théorie », considérée comme un phénomène sociologique réactionnaire.  Furieux, Bruce Chapman, le président du Discovery Institute, a dénoncé « une parade d'athées, d'agnostiques ou d'évo­lutionnistes théistes ». L'objet de la conférence était tout de même d'éta­blir que la théorie de l'évolution ne peut, en elle-même, prouver l'inexis­tence de Dieu, ainsi que l'a souligné le directeur du projet Stoq (Science, théologie et quête ontologique), Gennaro Auletta.

 

Une position pas toujours lisible

Depuis que jean Paul II a déclaré en 1996, devant l'Académie pontifi­cale des sciences, que « la théorie de l'évolution est plus qu'une hypothèse », l'Église se cherche une position nuan­cée, pas toujours lisible. Le cardinal autrichien Christoph Schiinborn - proche collaborateur de Benoît XVI - a ainsi estimé en 2005 que ces propos de l'ancien pape étaient « plutôt vagues et sans grande importance ». Benoît XVI a déclaré la même année que la « Parole créatrice » a créé « ce projet intelligent qu'est le cosmos » ; et la formule en italien « progetto inteligente » a parfois été traduite en anglais par « intelligent design ». Le pape estime que « nous ne sommes pas le produit accidentel et dépourvu de sens de l'évolution ». Mais l'Eglise ne prend pas position sur des questions scientifiques, a expliqué le cardinal William Levada, ajoutant: « Le Vatican écoute et apprend. » 

 

Voilà une phrase qu'on aurait aimé entendre plus souvent de la part d'un inquisiteur (William Levada est à la tête de la Congrégation pour la doctrine de la Foi) et d'une Eglise souvent arrogante.  Mais comme disait l'autre, "il n'est jamais trop tard pour bien faire !" 

 

Source : Monde des religions.

Partager cet article

Repost 0