Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

600px-666.svg.pngQue d'encre n'a pas coulé sur l'interprétation du fameux chiffre de la Bête « 666 ». A l'origine, un passage de l'Apocalypse : « A tous, petits et grands, riches et pauvres, hommes libres et esclaves, elle impose une marque sur la main droite ou sur le front. Et nul ne pourra acheter ou vendre, s'il ne porte la marque, le nom de la bête ou le chiffre de son nom. C'est le moment d'avoir du discernement : celui qui a de l'intelligence, qu'il interprète le chiffre de la bête, car c'est un chiffre d'homme : et son chiffre est six cent soixante-six. » (Ap 13 ; 16 – 18).

 

Comme le texte le dit lui-même, il y a quelque chose à comprendre à ce 666, quelque chose à interpréter, un mystère que le lecteur de toutes les époques peut percer pourvu qu'il ait discernement et intelligence.

On peut donc d'emblée écarter les interprétations farfelues, littérales ou pseudo-scientifiques qui fleurissent sur le net et dans les milieux conspirationnistes où le 666 est tour à tour un code barre qui serait tatoué sur les citoyens du futur, un émetteur ou une puce greffée sous la peau, le chiffre clé donnant le contrôle d'Internet, ...

 

L'interprétation se situe ailleurs, sur le plan symbolique et spirituel. C'est sans doute Saint Irénée de Lyon qui a le mieux compris le sens du 6661.

Pour l'auteur antique, comme pour ses contemporains et les rédacteurs de la Bible, les chiffres ont leur symbolique, leur signification, pour ne pas dire leur âme. Comme depuis la plus haute antiquité, le « 7 » est le chiffre de la perfection, mariage du 4 (chiffre du monde créé) avec le 3 (chiffre divin par excellence, puisque chiffre de la Trinité). Le « 7 » est également le chiffre de la Création puisque le Multivers fut créé en sept jours. Et si le 8 est le chiffre du monde transfiguré, accompli, le 6 est celui du manque, de l'inachevé.

Le septième jour, Dieu se repose, c'est-à-dire qu'Il contemple Sa Création, qu'Il s'installe dans une relation libre avec elle. Relation d'altérité mais aussi d'Eternité. Le repos de Dieu est Sa non intervention dans le Monde afin de respecter sa liberté. Mais cette non intervention n'est pas passive, elle n'est pas indifférence. Au contraire, elle est Présence, Lumière infusée au coeur de la matière encore transfigurée. La Création n'est pas seule, elle expérimente en permanence une relation qui est vie, dynamisme, épanouissement, extase d'amour inaltérable avec l'Infini.

Or le 6 refuse d'entrer dans cette dynamique de vie éternelle et béatifique. Le 6 rejette l'accomplissement, il ferme les portes, il s'enferme dans une vision finie de la réalité.

Le 6, se coupe de la transcendance et se faisant, il se renferme sur lui-même. Au lieu de se laisser déifier par l'amour de Dieu, au lieu de se laisser porter sur le pont arc-en-ciel qui mène au Royaume, là où la Terre et le Ciel s'épouse, le 6 s'arrête au pied du pont et se déclare auto-suffisant.

Se gargarisant de sa suffisance, il oublie qu'il doit tout au Créateur et que Celui-ci l'inonde à tout moment de son amour. Celui qui s'arrête au 6 est le contraire du Christ donnant sa vie pour l'Humanité qu'il aime plus que tout, il est l'Antichrist qui est uniquement tourné vers lui-même au dépend du reste du monde.

Contrairement au règne de Vie et de liberté initié par le Christ qui vainc la mort et ouvre sur l’Éternité, l'Antichrist ne propose que l'esclavage de l'absurde et la mort. (à suivre...)cae-10-stbasile-antechrist12civate.jpg

 

1Voir l'excellente étude de Daniel Vigne, L'Antichrist chez Saint Irénée in Le Diable et les démons chez les Pères, Connaissance des Pères de l'Eglise, pp 11-18, Nouvelle Cité Editions, Décembre 2010.

Tag(s) : #Anges - Vertus & Esprit Chevaleresque

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :