Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

alchimielennep.jpgL’Alchimie est l’une des expressions majeures de la spiritualité occidentale.  En effet, loin de l’image clichée des faiseurs d’or, fort méprisés par les vrais alchimistes, les alchimistes étaient avant tout des chercheurs d’or intérieur, épris de Dieu et d’absolu, des sages qui cherchaient à s’ouvrir à la Grâce sanctifiante afin de se rapprocher de Dieu, de se transformer eux-mêmes et de sanctifier le monde qui les entoure.

Utilisant, peut-être mieux que quiconque le langage symbolique pour exprimer l’ineffable, l’Alchimie a également produit parmi les plus belles gravures de l’époque médiévale et renaissante.

 

L’ouvrage de Jacques van Lennep est une somme.  Sur plus de 500 pages, l’auteur nous expose l’histoire de l’alchimie, ses principaux principes et ses acteurs prestigieux.  Le livre, grand format, est abondamment illustré par plusieurs centaines de reproductions de gravure en noir et blanc mais aussi en couleurs. 

Publié, il y a vingt ans déjà, Alchimie de Jacques van Lennep reste le livre de référence en matière d’Alchimie et d’ésotérisme occidental en général.  On saluera le style clair et les abondantes références qui en font à la foi un ouvrage agréable à lire et un travail historique de très haut niveau, bref un incontournable comme il en existe peu.

 

Extrait

 

De Salomon Trismosin, l'on ne connaît que le peu révélé dans l'introduction de l’Aureum vellus (la Tovson d'or), publié a Rorschach en 1598.

Sa passion pour l'alchimie naquit le jour où il assista à une transmutation opérée sur le plomb par Flocker, un mineur qui peu après tomba au fond d'un puits de mine, sans avoir pu révéler son secret. Comme la plupart des néophytes. Trismosin se mit alors a voyager. L'on était en 1473. Il arriva chez un droguiste associé à un Juif. Tous deux. qui transmutaient de l’étain en argent en très grande quantité, l'acceptèrent comme aidant jusqu'au jour où il partit pour Venise avec le Juif et une partie de l'argent. Trismosin en profita pour faire tester le métal qui ne résista ni à la coupelle, ni au feu. Déçu, il trouva de l'embauche dans un laboratoire considérable extrêmement bien équipé et fourni en produits de toutes sortes. Il était dirigé par un Allemand, Hans Tauler, qui apprécia le travail de son compatriote. Le propriétaire, Centilon, payait très cher non seulement des livres mais aussi des recettes dont Trismosin put prendre connaissance. Malheureusement, Centilon finit noyé lors d'une fête célébrant les noces du doge et de la mer. Le laboratoire fut fermé et Trismosin reprit son voyage. Au cours de celui-ci, il put prendre  connaissance d'ouvrages en langue égyptienne qui lui révélèrent enfin les secrets de la transmutation.

Tag(s) : #Coin lecture

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :