Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Domy-parchemin.gifAnticipant sur la nouvelle année, le Vatican a mis en ligne le message du Pape à l'occasion de la 44e journée mondiale pour la Paix.  Autant j'ai parfois du mal avec certaines intransigeances de Benoît XVI (ou du moins ce qui en filtre dans les médias), autant il me faut reconnaître que certains textes très puissant sortent parfois de sa plume.  C'était le cas avec l'encyclique "Caritas in Veritate", c'est encore le cas avec ce texte, véritable plaidoyer pour la liberté religieuse. 

Dans cet écrit, le Pape renvoie dos à dos le fanatisme religieux et l'intégrisme laïque, menant tous deux à une civilisation superficielle et fragile car se coupant de la recherche de la Vérité.

 

Voici un extrait, pour le texte au complet, c'est ICI :

 

"On ne peut oublier que le fondamentalisme religieux et le laïcisme sont des formes spéculaires et extrêmes du refus du légitime pluralisme et du principe de laïcité. Tous deux, en effet, absolutisent une vision réductrice et partiale de la personne humaine, favorisant dans le premier cas, des formes d’intégralisme religieux, et dans le second, de rationalisme. La société qui veut imposer, ou qui, au contraire, nie la religion par la violence, est injuste à l’égard de la personne et de Dieu, mais aussi envers elle-même. Dieu appelle à lui l’humanité dans un dessein d’amour qui, alors qu’il concerne la personne tout entière dans sa dimension naturelle et spirituelle, exige d’y répondre en termes de liberté et de responsabilité, de tout son cœur et de tout son être, individuel et communautaire. La société elle-même, en tant qu’expression de la personne et de l’ensemble de ses dimensions constitutives, doit donc vivre et s’organiser en sorte de favoriser l’ouverture à la transcendance. C’est précisément pour cela que les lois et les institutions d’une société ne peuvent pas être configurées en ignorant la dimension religieuse des citoyens ou au point d’en faire totalement abstraction. Elles doivent se mesurer – grâce à la participation démocratique de citoyens conscients de leur haute vocation – à l’être de la personne afin de pouvoir la seconder dans sa dimension religieuse. N’étant pas une création de l’Etat, elle ne peut être manipulée par lui ; elle devrait plutôt en recevoir reconnaissance et respect."

Tag(s) : #Union des chrétiens

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :