Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

cathedrale-illuminee-228541.jpgEn ce début février 2011, 190 théologiens de langue allemande (la moitié des professeurs de théologies universitaires) ont signé un texte intitulé Kirche 2011, Ein notwendiger Aufbruch" (" Église 2011 : un renouveau indispensable"). Ce texte revêt, à mon sens, une importance majeure dans l'histoire de l'Eglise Catholique et de la chrétienté en général. D'ailleurs, dans le contexte général de révoltes au Proche Orient, je ne peux m'empêcher d'y voir une action de plus de l'Esprit Saint et de son souffle libérateur. Comme si en ce début de deuxième décennie du 21e siècle, il fut décidé, par décret divin, d'en finir une fois pour toute avec la dictature d'où qu'elle vienne.

C'est que ce texte est un véritable sursaut. L'électrochoc, conséquence des abus atroces commis par des membres du clergé.  D'autant que comme on le sait, ces abus furent commis dans l'indifférence générale d'une hiérarchie ecclésiale dont la suffisance et l’intransigeance est certainement davantage responsable du vent de matérialisme soufflant sur le monde que la modernité qu'elle dénonce.

 

Ainsi, l'année 2010 fut, encore plus que les années précédentes, une année d'hémorragie parmi les chrétiens fréquentant les églises. Certains perdirent malheureusement la foi, d'autres décidèrent de vivre leur foi uniquement dans la sphère privée. Cette dernière solution peut sembler naturelle en cette période d'individualisme et finalement pas si dommageable que cela. Que chacun vive librement et intérieurement sa relation personnelle avec le Dieu Vivant, n'est ce pas cela le véritable but de la religion, qui rappelons le, se doit de relier l'homme au divin ?

« Qu'on supprime l'institution ! » ai-je déjà entendu dire, « On a pas besoin de gendarmes spirituels autocratiques ! ».

Oui, d'accord. Mais je crois que c'est quand même rater une dimension importante, à savoir la vie dans l'Eglise. En fait, je crois qu'à cet égard, l'Occident manque le coche depuis de nombreux siècles. Car, à force de césaro-papisme, avec ou sans gant de velours, on a oublié ce qu'était ou devrait être réellement l’Église.

 

Et le fameux texte des théologiens rebelles de commencer par « L'Église n'est pas en elle-même un but. Elle a pour mission d'annoncer Jésus-Christ, le Dieu libérateur et aimant, à tous les êtres humains. »

C'est un bon début mais je crois qu'on peut aller encore plus loin. Le but de l'Homme, en tant qu'individu et collectivité, est de connaître Dieu, de prendre part à sa Vie en devenant Dieu. En se déifiant, l'homme sanctifie toute la Création. Or, cette déification ne se fait pas en accumulant des mérites mais en s'ouvrant totalement à l'Amour divin. Susciter cette ouverture au divin, cette écoute au Souffle de l'Esprit, cette vie dans le Christ de Lumière est précisément le rôle de l'Eglise. Il n'y a pas une Eglise enseignante et une Eglise enseignée, il y a une communauté d'hommes et de femmes qui marchent ensemble vers le tout Autre qui leur tend les bras.

 

D'après certains historiens et théologiens, dont Jean Meyendorff n'est pas des moindres, le modèle hiérarchique de l'Eglise Catholique viendrait en grande partie des écrits du Pseudo Denys. Cet auteur du début du VI e siècle est connu pour ses magnifiques traités de théologies mystiques et ses écrits fort instructifs sur les mondes angéliques. Dans ces derniers, il décrit de manière fort détaillée l'organisation des créatures célestes en 9 ordres, eux-mêmes organisés en 3 triades.

Là où Denys s'avance, c'est en faisant un parallèle entre ces ordres angéliques et les ordres ecclésiaux terrestres. Ainsi, pour lui, la hiérarchie ecclésiastique qui comprend les triades « évêques – prêtres et diacres » et « moines – laïcs - catéchumènes » n'est rien de moins que le reflet terrestre de l'ordre céleste. Pour Denys, chaque ordre participe à Dieu selon sa capacité et cette participation est accordée par celui qui lui est immédiatement supérieur. Autrement dit, on en vient tout naturellement à penser que chaque ordre ecclésial est un état spirituel personnel et non une fonction dans la communauté, le titre devient l'équivalent d'un degré d'évolution spirituelle inaliénable.

 

Encore une fois, cette conception fut typiquement occidentale et catholique. Non pas qu'à Constantinople certains Empereurs n'eurent pas la tentation de s'approprier le pouvoir spirituel en plus du temporel mais ils se retrouvèrent toujours en but à l'Eglise tout eTallinn_Cathedrale_orthodoxe.jpgntière , c'est à dire à l'ensemble des fidèles qui tenaient en grande estime l'avis, la réflexion et l'expérience personnelle de chacun. (à suivre...)

Tag(s) : #Union des chrétiens

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :