Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

BattleofIssus333BC-mosaic-detail1Alors quid de la mondialisation au niveau de l'identité ? Qu'on me permette de lancer modestement quelques réflexions :

 

- Cette mondialisation n'est, sans doute, pas différente dans son ampleur de celle d'Alexandre, de celle de l'Empire Romain ou des Empires coloniaux.

A l'époque, tout le monde parlait de Socrate et d'Aristote, de Grèce à la Perse en passant par l'Egypte, tout le monde voulait porter les derniers tissus à la mode à la cour de César ou adopter le très tendance style victorien.

Non, pas de panique, l'humanité est déjà passée par des mondialisations qui ont hiérarchisé différemment les identités du moment : les différences culturelles s'estompent, certaines religions bien établies perdent de leur mordant ou regagnent au contraire leurs tentations réactionnaires et manipulatrices, des sectes diverses apparaissent, la pauvreté matérielle et intellectuelle côtoie la richesse la plus outrancière, les « élites » ne sont plus cultivées mais ont la vulgarité de l'argent facile...

 

- La mondialisation d'aujourd'hui estompe peut-être l'expression extérieure des différentes cultures, Londres ressemble à New York qui ressemble à Séoul, à Hong Kong ou à Tokyo. Mais le meilleur des cultures passées rayonnent de par le monde. Aux quatre coins du globe, on peut écouter les musiques qui ont fait vibrer la Celtie d'antant, la Laponie, les Gnawas ou les monastères d'Orient. Aucune limite, chacun est libre de se réinventer, de se construire, de s'intégrer dans l'imaginaire et la culture de son choix. Les déterminismes s'effondrent et c'est une bonne chose. Tout chrétien devrait oeuvrer à la chute des déterminismes et de la normalisation. Dieu nous a fait libres, chacun différent afin que nous illuminions le monde d'une lumière unique.

 

Je connais des jeunes européens qui apprennent le japonais pour lire les mangas. Partant de là, ils se fondent dans la culture japonaise et l'intègrent en partie : son histoire, sa musique, son imaginaire, son esthétique... Pourquoi pas ? La tradition japonaise est des plus respectable. Le métissage est inévitable et bien vécu, il est source d'enrichissement. Il l'a toujours été. La Grèce d'Alexandre imprégna les cultures qu'elle traversa, Rome se mélangea aux barbares pour donner les riches fragrances colorées du Moyen Age roman qui se mêla à son tour aux parfums de l'Orient au XIIIe siècle....

 

- Non, je ne pense pas qu'il faille craindre la modernité. Celle-ci n'est pas incompatible avec l'expression renouvelée et régénérée des identités culturelles, esthétiques, symboliques ou spirituelles des différentes parties du monde. Toutefois, il est essentiel de savoir qui l'on est.

 

Comme le dit très bien Olivier Clément : « Il faut être soi-même pour partager. Il faut avoir choisi pour dépasser la tentation de l'errance, de la perplexité égarée, de la confusion. Le respect de l'autre ne va pas sans clarté de soi. »1

 

L'exacerbation identitaire est une erreur menant à l'affirmation de soi par le rejet de l'autre. Cette attitude fort présente dans certaines partie du monde amène des corolaires évidemment horribles comme le racisme et la xénophobie.

Religieusement et culturellement, le cloisonnement stricte est le synonyme de la stagnation, de la sclérose, de la décrépitude et de la mort. Nos Eglises devraient s'en rappeler, elles qui prétendent chacune détenir la seule et unique vérité au dépend du reste du monde qu'Elles rejettent. La Vérité n'appartient à personne, ne peut se définir pleinement et ne peut être enfermée.

De même l'identité est quelque chose de mouvant, de personnel, qu'il appartient à chacun de construire et d'assumer au cours de sa vie. Avec une bonne mondialisation, nous pourrions profiter des apports de la modernité et chacun vivre ensemble tout en nous construisant notre identité personnelle. Identité, sensibilité, traditions, qui nous fonderaient en tant que racines plongeant dans la nuit des temps et qui, renouvelées trouveraient en ce siècle nouveau une manière différente d'être.

 

Ce qui, bien sûr, ne veut pas dire que nous devions tout accepter et tout tolérer. Certaines valeurs sont incompatibles avec la tradition tant chrétienne qu'européenne. Cela ne veut pas dire non plus que nous devons accepter de perdre, en Edrapeau-europeen2urope, nos racines sociétale chrétiennes. Nous ne pouvons pas gommer deux mille ans d'histoire. Pourquoi le devrait-on d'ailleurs ? A leur manière les USA et la Russie les affirment sans se fermer et sans tomber dans l'exclusivisme totalitaire. A nous de réfléchir et de conjuguer traditions et modernité avec notre sensibilité européenne chrétienne.


1Olivier Clément, Anachroniques, 1990, DDB, p306

Tag(s) : #Lifestyle - Société & Ecologie

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :