Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

publicite-1Pourtant, au risque de contredire ce qui vient d'être dit, il existe un réel danger à la mondialisation. Ce serait qu'à une rencontre harmonieuse entre les cultures et la modernité et entre les personnes elles-mêmes, se substitue une non culture phagocytant tout sur son passage. Sorte de culture vampirique abjecte qui viderait les traditions de leur substance plutôt que de les faire évoluer. Une culture fast-food de télé réalité, de superficialité, de vulgarités et d'obscénités. Une culture pornographique où règnerait la dictature de la « non prise de tête », des humoristes consensuels, du cynisme banal, de la lobotomisation de masse. Cette contre-culture là balaierait toutes les identités par la force d'abrutissement qui est un autre nom pour l'entropie.

 

Nous sommes à la croisée des chemins. La mondialisation est inévitable mais laquelle voulons-nous ?

En tant que chrétiens, il nous appartient de sanctifier les identités culturelles particulières et la modernité qui les porte. Le christianisme africain est différent du christianisme slave, le christianisme latin est différent du christianisme celtique, le christianisme asiatique et différent de l'américain... Chacun a sa spécificité, à nous de maintenir cette spécificité tout en vivant en harmonie avec les autres.

 

En tant que chrétiens, il nous appartient également de savoir discerner l'action de l'Esprit dans les cultures « non-chrétiennes ». J'ai un jour entendu un amérindien parler de sa spiritualité, de la beauté de la Nature comme création du Grand Esprit et du souffle de celui-ci en son sein, de la Vie partout présente qui rendait tout vivant. Cet homme tout non-chrétien qu'il fut faisait assurément partie de la Cité de Dieu, de ceux qui ont rencontré la Vérité. A nous, de nous ouvrir aussi à la différence quand elle porte la lumière en son sein.

Il ne faut pourtant pas tomber dans le piège de la relativisation culturelle et de la niaiserie. Toutes les cultures ne se valent pas d'un point de vue spirituel ou moral. La civilisation aztèque basée sur le sacrifice humain aux idoles (80,000 morts, rien que pour l'inauguration du grand temple de Mexico) était une abomination. Il faut donc faire preuve de discernement. L'exemple aztèque est extrême mais chaque culture peut-être porteuse d'une partie de la religion de mort, cette voix maléfique qui s'insinue et perverti, fit autrefois stigmatiser les juifs, dresser les bûchers et qui fait aujourd'hui massacrer les chrétiens du Proche Orient et mettre les femmes dans des sacs avant de les lapider. A chacun de ne montrer aucune tolérance, aucune indulgence face aux germes délétères présents partout.

 

En tant que chrétiens, nous devons œuvrer à une mondialisation qui ne soit pas au service de l'économie mais où l'économie est au service de la personne, une mondialisation où la technologie sert à libérer non à rendre esclave, une mondialisation qui protège la dignité et la vie de chacun de ses citoyens, une mondialisation où la liberté individuelle alimente l'épanouissement ontologique de l'être qui passe par l'ouverture aux autres et non par le repli égocentrique sur soi.

Mieux encore, en tant que chrétien, nous nous devons d'être au-delà de la mondialisation, au delà du post-moderne car nous sommes conscients de l'extraordinaire destin, de l'inconcevable dignité à laquelle l'homme est appelé. Nous sommes conscients que les développements de la science et de la technique ne sont que les prémices des pouvoirs que Dieu a mis en nous et qui sont destinés à s'éveiller peu à peu. Nous sommes progressistes dans le sens où chaque jour nous approche du point Oméga vers lequel nous marchons et qui verra notre puissance devenir infinie. Mais c'est précisément parce que nous sommes de Dieu que nous refusons que cette puissance soit pervertie par l'égoïsme, la destruction, la haine, l'abrutissement et la folie mégalomaniaque. Car nous savons, en tant que chrétien, que ce qui fonde notre progrès, notre évolution et notre puissance est précisément notre dignité qui repose sur une seule et unique chose : l'Amour.

 

Et c'est par Amour que nous devons affirmer chacun notre identité, tout en étant ouvert à celle des autres pour autant qu'elles respectent les fondements de la Personne. Car c'est par Amour que nous devons refuser et combattre l'intolérable où qu'il se trouve.

C'est par Amour que nous devons refuser la négation de l'intelligence, de la culture et de la force d'évolution. Négation entropique contenue dans les expressions extrêmes de la société publicitaire, manipulatrice et consumériste.

C'est par Amour que nous devons chercher à construire un monde qui ne balaye pas le passé mais se repose sur lui afin de conjuguer la Tradition à la modernité, seul manière d'éviter une technolâtrie déstructurante.

 

En tant que chrétiens, offrons à Dieu nos plus complètes identités, nos plus belles traditions enrichies par la modernité. Car les vraies traditions sont toujours tendues vers le Haut, vers la recherche de la Beauté, de l'Absolu. Les vraies traditions qui fondent les identités profondes ne sont pas les coutumes creuses ou les obscurantismes religieux mais des façons d'être, des ouvertures à l'indicible, des compréhensions symboliques Transfiguration_La_Croix_salut_pour_le_monde_Basilique_de_S.jpgde l'univers, des manières de faire eucharistie en toutes choses...

 

En tant que chrétiens, transfigurons ce monde afin qu'il donne le meilleur de lui-même, afin qu'il soit ce qu'il est destiné à être, le miroir de la Lumière d'en haut éclatant en une diversité infinie. 

Tag(s) : #Lifestyle - Société & Ecologie

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :