Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Voici un chant adapté à cette période de l'année.  Tout de sensibilité anglo-saxconne, "In the bleak Midwinter" fut écrit par la poète anglaise Christina Rosetti en 1872. 

 

Voici les paroles :

 

In the bleak mid-winter.

Frosty wind made moan

Earth stood hard as iron,

Water like a stone;

Snow had fallen, snow on snow,

Snow on snow,

 

In the bleak mid-winter

Long ago.Our God, Heaven cannot hold Him

Nor earth sustain;

Heaven and earth shall flee away. When He comes to reign:

 

In the bleak mid-winter

A stable-place suffice

The Lord God Almighty, Jesus Christ.

Enough for Him, whom cherubim worship night and day,

 

A breastful of milk

And a mangerful of hay;

Enough for Him, whom angels

Fall down before,

The ox and ass and camel which adore.

 

Angels and archangels

May have gathered there,

Cherubim and seraphim

Thronged the air,

But only His mother

In her maiden bliss,

Worshipped the Beloved with a kiss.

 

What can I give Him, Poor as I am?/

If I were a shepherd I would bring a lamb,

If I were a wise man I would do my part,

Yet what I can I give Him, Give my heart.

 

Et en voici la traduction maison :

 

A la moitié de l'hiver pâle

Le vent glacé gémit

La terre est dure comme le fer

L'eau comme la pierre

La neige est tombée, neige sur neige

Neige sur neige

 

A la moitié de l'hiver pâle,

Il y a longtemps, les Cieux ne peuvaient plus retenir notre Dieu

Et la Terre ne pouvaient plus souffrir

Les Cieux et la terre peuvent passer, Il viendra régner

 

A la moitié de l'hiver pâle

Une étable a suffit,

Le Seigneur Dieu Tout Puissant, Jesus Christ

Suffisant pour lui que les Chérubins célèbrent nuit et jour

 

Un sein empli de lait,

Une mangeoire d'avoine

Assez pour Lui devant qui

Les anges se prostèrnent

Le boeuf, l'âne et le chameau l'adore

 

Les anges et les archanges

Peuvent avoir été là

Les Chérubins et les Séraphins saturaient l'air

Mais seul sa mère, dans la bénédiction d'une vierge

Célébrait le Bien Aimé d'un baisé

 

Que puis-je Lui donner

Moi qui suis si pauvre ?

Si j'étais un berger, je lui apporterais un agneau

Si j'étais un homme sage, j'accomplirais mon rôle

Que puis-je Lui donner ? Je lui donnerai mon coeur

 

Et voici trois interprétations.  La première de Celtic Sojourn, la seconde de l'ensemble Chanticleer et enfin celle de Funka, un groupe norvégien !

 

Encore Joyeux Noël et Merveilleuse année nouvelle à tous !

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

Tag(s) : #Art et Culture

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :