Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DionFortuneDion Fortune (Violet Mary Firth) est l’un des grands noms de l’histoire de l’ésotérisme occidental.  Initiée au sein du fameux Ordre de la Golden Dawn, elle fonde son propre mouvement en 1924, la Fraternité de la Lumière Intérieure. La même année, elle découvre Glastonbury, haut lieu du paganisme celtique où elle reviendra souvent pour s’harmoniser avec l’Autre Monde Celte.  

Dans son livre sur la Cabale, Dion Fortune montre ce que le système de l’Arbre de Vie Cabalistique ou Séphirotique a d’Universel.  Car ce qu’il y a d’étonnant, c’est que ce système mystique juif s’adapte aussi bien au monothéisme du judaïsme qu’au mode de pensée occultiste qui s’accommode volontiers de la force de la symbolique païenne.

Les dix Séphira sont les dix émanations de la Source de Dieu que l’occultisme à relié aux noms du Créateur, aux anges ou aux dieux symboliques.   

De plus chaque Séphira se trouve sur l’une des trois colonnes, masculine, féminine ou androgyne, ce qui est une source infinie de réflexion sur les polarités et la complémentarité Masculin/Féminin.  L’Arbre de Vie est par conséquent un schéma ou une carte du monde spirituel dont on aurait tort de se priver car les applications tant philosophiques que pratiques sont innombrables.

Tous les ordres initiatiques occidentaux reposent d’ailleurs sur sa structure, depuis la Golden Dawn, en passant par le rosicrucianisme et la maçonnerie jusqu’à certains « covents » du néo-paganisme.

La première partie de l’ouvrage présente la structure de l’Arbre de Vie et nous donne une bonne vue d’ensemble de sa symbolique globale et de son organisation. 

La seconde partie reprend longuement chaque Séphira et détaille sa symbolique, ses symboles, les lames de Tarot associés,…

Ce livre ne se lira probablement pas d’une traite.  Il est plutôt un outil de travail qu’on prend et qu’on reprend au fil des années, sans jamais le trouver dépassé car notre perception évoluant, on y porte à chaque fois un regard neuf.

 

Verbum

 

Dès qu'il cherche à formuler sa philosophie pour la communiquer aux autres, l'occultiste est confronté par le fait que ce qu'il sait des formes les plus hautes de l'être st obtenu par un autre procédé que celui de la pensée; procédé qui commence seulement où la pensée cesse. Par suite, c'est seulement dans cette région de l'esprit qui dépasse la pensée que la forme supérieure des idées trans­cendantes est comprise et connue; et c'est seulement à ceux qui peuvent aborder cette région qu'il peut commu­niquer ces idées dans leur essence originale. Quand il veut en faire part à qui n'a aucune expérience de ce mode de conscience, il lui faut ou les cristalliser dans une forme, ou renoncer à en donner aucune impression adéquate. Les mystiques ont imaginé toutes les comparaisons possibles dans leur effort pour transmettre leurs découvertes; les philosophes se sont perdus dans une masse de mots; tout cela en vain en ce qui concerne les âmes qui ne sont point illuminées. Les Cabalistes, cependant, se servent d'une autre méthode. Ils ne cherchent pas à expliquer à l'esprit ce qu'il n'est pas préparé à comprendre; ils Iui proposent une série de symboles sur lesquels il pourra méditer; et ceci lui permet de monter degré par degré aux régions où ses ailes ne peuvent le porter. L'esprit ne peut pas plus concevoir la philosophie transcendante que l'oeil ne peut voir la musique.

Tag(s) : #Coin lecture

Partager cet article

Repost 0