Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

The miracle of Christ healing the blind(1575,oil on canvas)Le secret du discernement entre le bien et le mal est d'une simplicité désarmante. C'est l'Evangile qui fournit la clé. Alors qu'il vient de guérir un sourd-muet, Jésus est pris à parti par un groupe de pharisiens qui l'accuse de guérir avec l'aide du démon Belzébuth :

 

Et les scribes, qui étaient descendus de Jérusalem, disaient : « Il a Béelzéboul ! » et : « C’est par le chef des démons qu’il chasse les démons. » Il les appela et leur dit en parabole : « Comment Satan peut-il chasser Satan ? Si un royaume est divisé contre lui-même, ce royaume ne peut subsister ; et si une maison est divisée contre elle-même, cette maison ne pourra subsister. Si donc Satan s’élève contre lui-même et se divise, il ne peut pas subsister, mais il est fini. (Marc 3 ; 22)

Autrement dit, c'est aux effets, aux conséquences qu'on mesure la source d'une pensée ou d'une action. On reconnaît un arbre à ses fruits, si quelque chose (une technologie, un concept philosophique, une capacité psychique, une pratique spirituelle, une expression artistique,...) élève, inspire, guérit, libère, concourt à améliorer le niveau de vie, l'intelligence et l'évolution, il s'agit forcément d'une idée inspirées par l'Esprit et les anges.

Par contre, tout ce qui enferme, tyrannise, déshumanise, rabaisse, discrimine, blesse ou abrutit provient du puits sans fond où résident les forces d'entropie.

 

Saint Ignace le dit très bien : «C'est le propre de Dieu et de ses anges, dans leurs motions, de donner la vraie joie et l'exultation spirituelle, en écartant la tristesse et le trouble que suscite l'ennemi»1

 

Travailler ce discernement peut permettre un véritable dialogue entre les différentes demeures qui se trouvent dans la maison de Dieu. Que ce dialogue soit œcuménique ou inter-religieux, nous devons commencer par balayer devant notre porte, quelque soit la tradition dont nous faisons partie afin d'éliminer toute trace de pensée pharisienne en notre cœur.

 

Éliminer toute trace d'image idolâtre de Dieu, à savoir toute trace d'un Dieu vengeur, juge ou légaliste. Images issues de nos frustrations, de nos manques de repères, de nos immaturités, de nos failles affectives...

Dans cet ordre d'idée, la notion même de permissivité ou de libéralité dont les intégristes font usage contre ceux qu'ils qualifient de modernistes ou de progressistes n'a pas lieue d'être car la liberté en Dieu est totale. Cela veut-il dire que tout est bon ? Que tout se vaut ? Qu'il ne faille jamais séparer le bon grain de l'ivraie ? Bien sûr que non !

Tout obscurantisme est un non-sens, toute peur de l'autre ou du changement est une aberration, toute discrimination exercée au nom de Dieu est une abomination. Tout ce qui provoque la douleur ou la haine, tout ce qui blesse le corps ou l'esprit, tout ce qui durcit le cœur ou éteint le feu créatif doit être combattu avec la dernière énergie. Et malheureusement, de tels comportements ne sont pas absent du christianisme qui de témoignage devient alors une simple religion avec ses préjugés, ses superstitions, ses règles ou ses prescriptions.

 

Le christianisme au contraire se doit d'être au-dessus de la notion de religion, c'est à dire non pas de dominer ou de se prétendre meilleur mais au contraire de témoigner avec confiance et humilité de la rencontre qu'il propose. Car l'Eglise est le corps même du seul Dieu que tous les humains recherchent. Or ce Dieu sanctifie, pour ne pas dire baptise, tous ceux qui se tournent vers Lui car ce Dieu est Amour, « celui qui n'aime point ne connaît pas Dieu, car Dieu est amour. (1 Jn 4,9)

world_religions.jpg

Il appartient donc aux chrétiens de reconnaître la sincérité de la démarche des différentes voies ou religions qui co-habitent sur Terre et peut-être de faire jaillir en elles l'étincelle d'Amour qu'elles contiennent, sans orgueil, ni arrogance exclusiviste aucune.

 

Dans cet ordre d'idée, en restant profondément enracinée, sans tomber dans un relativisme fade, ni diminuer en quoique ce soit la puissance et la portée des sacrements qu'Elle transmet, l'Eglise se doit de faire preuve de discernement en son sein et de porter sur l'autre un regard plein de la générosité digne du Dieu d'Amour afin d'assumer pleinement le rôle de support du monde qui est le sien.

Tag(s) : #Théologie et spiritualité

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :