Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

prier_10.jpgOn a souvent voulu voir les mystiques comme des exceptions. Il est de mode de distinguer une acceptation intérieure de la religion et une autre extérieure. D'un côté, on aurait ceux qui établissent un contact avec Dieu, qui le vivent au profond de leur être, de l'autre ceux qui respecte les règles morales de manière souvent sèche sans avoir le cœur transfiguré par la Grâce.

Cette distinction qui existe dans certaines religions a-t-elle sa raison d'être dans le christianisme ?

Non. Répondre « oui » à la question signifierait qu'il existerait d'une part des chrétiens « basiques » vivant leur christianisme comme un certain moralisme et les dogmes comme des schémas imposés par une autorité extérieur. Ensuite, que d'autre part, certains autres auraient le droit et le privilège de vivre consciemment la Présence, de vivre la pleine communion avec Dieu.

Si certaines époques, ou certains courants du christianisme ont vu cette configuration exister, si le rationalisme hérité de la scolastique a eu pour conséquences de maintenir la majorité hors du sentiment de Grâce, ce n'en est pas moins une situation anormale pour un chrétien.

 

Car la situation qui devrait être la norme dans le christianisme, c'est précisément le mysticisme c'est-à-dire le vécu conscient et permanent en Dieu. Si Dieu s'incarna dans cette réalité spatio-temporelle, c'est précisément pour nous ouvrir les portes du Royaume. Le Christ Sauveur est aussi le Christ Pont qui fait la jonction entre la Création et la Trinité Créatrice.

Or chaque chrétien, de par son baptême et de par l'eucharistie est constamment relié au Christ.

 

Tous les chrétiens sont donc potentiellement des mystiques qui se doivent d'actualiser ce potentiel en eux. Par potentiel mystique, j'entends une capacité à vivre la Grâce de Dieu en pleine conscience. Dieu donne à tous la même part car il fait briller le soleil de la même manière sur les bons comme sur les méchants. La tâche du chrétien est donc de se tendre vers le soleil, de se tourner vers lui et de ne plus alimenter les couches de pêchés qui masquent la Lumière.

 

Mais la lumière du Soleil est puissante. Elle a parfois pour effet secondaire d'emballer l'âme, et de rendre folle la boussole de l'esprit. Il faut être stable et bien enraciné pour approcher l’Ineffable, pour faire un pas en dehors de la sphère rassurante de la raison. D'autant que ce qui est sagesse pour Dieu est folie pour les hommes. La doctrine, le dogme transmis par l’Église sert de garde fou, d'antidote à la divagation, car seul, sans guide, on risquerait rapidement de sombrer dans un mélange de ressentis vrais et de délires illusoires, on risquerait de glisser dans le subjectivisme, la superstition ou les troubles obsessionnels.

 

Il n'y a pas de clivage entre les mystiques chrétiens et les autres chrétiens, chaque chrétien est un mystique de par sa naissance en Dieu le jour de son baptême. Ce jour là, il est entré dans une autre modalité d'être, dans une autre réalité. Tout en étant pleinement dans le monde, il marche désormais vers la déification qui n'est autre que sa véritable et unique vocation.

 

Le mysticisme du chrétien ne s'exprime pas nécessairement par des visions, des extases, des pouvoirs extraordinaires, bien que toutes ces choses existent pour la plus grande gloire de Dieu. Le mysticisme du chrétien s'exprime encore moins par des stigmates, des pulsions mortifères et autres états pathologiques d'une conscience à la dérive. Non. Le mysticisme du chrétien est la conscience permanente de la Présence, l'acquisition progressive et certaine de l'Esprit Saint, l'expression de plus en plus assurée des dons qui sont les siens, le raffinement de son regard sur le monde jusqu'à fondre sa vision dans celle de Dieu.

 

Parce que le christianisme est avant tout une relation aveThe_Transfiguration_f.jpgc un Dieu inscrit dans l'Histoire et présent dans sa Création, parce qu'il fait partie de Son corps comme cellule, tout chrétien est un mystique dont l'état normal est de ressentir en permanence l'amour et la force de Dieu qui le guide et le soutiennent. Tout chrétien est un mystique qui vit en permanence une histoire d'amour avec Dieu, jusqu'à s'unir sans se confondre à Lui. 

Tag(s) : #Théologie et spiritualité

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :