Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

saint-pierre-apotre-3-L-1Un nouveau Pape règnera bientôt sur le monde catholique.  Première religion mondiale, le nouveau souverain pontife devra faire face à un défi sans précédent dans l'histoire.  Car si chaque époque comporte son lot de défis, la nôtre a cela de particulier d'osciller entre un matérialisme destructeur, un anti-christianisme affirmé et un fondamentalisme réactionnaire obscurantiste. 

Il appartient, en ces temps incertains, que toutes les forces progressistes et positives s'unissent dans une prière commune à l'Esprit Saint afin que l'oeuvre lumineuse ébauchée lors de Vatican II voit son aboutissement. 
Ainsi, s'il plaît à Dieu, que soit élu un Pape qui, inspiré par l'Esprit, soit guidé par une volonté ferme de réforme afin que l'Eglise puisse accomplir le rôle prophétique qui est le sien. Il faut, chacun le sent, que l'Eglise d'hier meurt, qu'Elle abandonne ses vieux vêtements afin de renaître nouvelle Eglise.

Nouvelle ? Plutôt régénérée, transfigurée, plus proche de la Jérusalem Céleste que de la Rome des intrigues. Ainsi, l'on peut souhaiter :


Que l'attention du Vatican soit focalisée enfin sur les vrais problème de société : crise multiple, consumérisme absurde, menaces écologiques.  Le Pape précédent avait eu quelques belles prises de position sur ces sujets.  Que son successeur lui emboîte le pas en amplifiant encore le mouvement.  Que l'Eglise catholique cesse de perdre son temps sur des combats d'arrière-garde à l'éthique parfois discutable : "morale" sexuelle, préservatifs, pilules... S'il faut parler de morale qu'on se recentre sur l'essentiel et qu'on organise une communication efficace mettant en valeur les vertus chrétiennes au coeur de la société : droiture, loyauté, honnêteté, foi, espérance, charité... S'il faut travailler à consolider la famille, qu'on cesse d'encourager des manifestations contre le droit des autres et qu'on fasse sereinement la promotion de la fidélité et de la stabilité au sein de tous les couples. 

Par ailleurs, qu'on sorte enfin de cette glorification malsaine de la virginité datant d'un autre âge et absente du christianisme des premiers temps et qu'on intègre la sagesse des chrétiens d'Orient et des protestants permettant aux prêtres et aux pasteurs de se marier, d'avoir des enfants et d'être pleinement des hommes intégrés dans le flux de Vie.

Dans le même ordre d'idée, il faut se débarrasser une bonne fois pour toutes de ce vieux reliquat patriarcal et machiste, datant de l'Empire romain, qui exclut la femme de la vie écclésiale. Pernicieusement, il s'exprime sous la forme indirecte et hypocrite d'une soi-disant défense de l'altérité homme/femme. Comme si cette altérité se marquait dans des rôles professionnels ou spirituels prédéfinis, comme si par nature la femme ne pouvait servir de relais à la Parole et à la Présence de Dieu. Le jour où les femmes deviendront prêtres ou évêques, l'Eglise jouera son rôle : écraser la tête du serpent qui ne rate jamais une occasion pour discriminer son ennemie de toujours, la femme, et jeter la division entre les êtres humains et les sexes.

Qu'on renoue avec une mystique saine dénuée des névroses doloristes si caractéristiques d'un certain catholicisme.  La mystique est le fondement et l'omega du christianisme qui propose rien de moins qu'une union personnelle avec Dieu.  Union résurectionnelle, union de joie, union de lumière, union déificatrice.  Ce n'est qu'en expérimentant la Présence que le chrétien pourra être un vecteur de transfiguration pour la société toute entière.  Sortir d'un moralisme conformiste pour s'immerger dans l'amour divin et irradier le monde doit être le but de chaque chrétien. Les pratiques spirituelles de méditation, de prière du coeur, d'oraison et d'hésychasme, la pratique bien comprise de l'eucharistie et la lectio divina doivent être mises au centre de la vie chrétienne car elles sont les portes que Dieu emprunte pour faire irruption au coeur de l'être et du monde. Il est du rôle de l'Eglise que de proposer des centres de pratiques spirituelles où chacun peut, en plus de la Sainte Messe, expérimenter la Présence intérieure de Dieu.

Le nouveau Pape devra être un guide spirituel pour le monde chrétien, un digne reflet de la force d'amour du Christ, un homme qui allie la contemplation à l'action.

 

Qu'on cesse de cultiver un passéisme sans pour autant s'inscrire dans les modes. L'Eglise n'est pas une institution, elle est le corps de Dieu sur Terre. Ses frontières dépassent les individus qui en sont membres, tant dans l'espace que dans le temps. Aussi, le traditionnalisme lui sied mal. Enracinée dans la Source éternelle et inspirée par l'Esprit qui est vie, dynamisme et mouvement, l'Eglise doit se débarasser de cette fâcheuse tendance à être en retard, retard sur le monde, retard sur la société. Figée dans ses habitudes, engluée dans ses normes, l'Eglise devrait être au contraire en avance. Car le christianisme est le contraire du passéisme, il est tension vers l'Omega, vers l'accomplissement. Le christianisme et donc l'Eglise doit, non pas se conformer à une "tradition" ou au monde mais anticiper l'évolution de celui-ci. L'Eglise doit être une force de progrès et non une force de stagnation. L'Eglise doit exprimer plus de douceur que le monde, plus d'amour que le monde, plus d'écoute que le monde, plus d'acceptation de l'autre dans son altérité qu'on ne le fait dans le monde, l'Eglise doit inverser le processus moralisateur qui est le sien depuis des siècles et montrer par anticipation le visage incarné de la Charité et de l'Amour.

 

L'une des grandes menaces qui pèsent sur la société contemporaine est sans nul doute l'avènement de l'idiocratie et la perte de culture généralisée. Le plan culturel et artistique doit être l'un des principaux chantiers de la nouvelle Eglise. Elle, qui a donné l'impulsion aux courants artistiques majeurs depuis la fin de l'Empire Romain, qui a été la source des plus fabuleuses réalisations picturales, architecturales, musicales et esthétiques, se doit de renouer avec cette inspiration de l'Esprit. Exploiter les nouvelles technologies, les nouvelles manières de dire et d'exprimer, mais les dépasser, les transcender par la profondeur du message d'espoir, par la force positive de la Résurrection. Favoriser une renaissance de l'art et de la culture, voilà une recherche digne de la nouvelle Eglise.

 

Qu'on mette enfin les bouchées doubles pour reconstituer l'Eglise universelle et indivise. Les schismes ont eu leur importance historique mais sont réellement dépassés à l'heure actuelle. Alors que le grand public ne connait plus les différences entre catholiques, orthodoxes et protestants, il est temps de réunir à nouveau formellement le peuple de Dieu sous un même toit, tout en respectant les différences, les personnalités et les particu800px-StPetersBasilicaMorning.jpglarismes qui sont propres à chacun.

 

Voilà les chantiers qui attendent le nouveau Pape et pour lesquels il devra prendre des mesures courageuses et déterminantes. Que l'Esprit inspire les électeurs dans leur choix au-delà des intérêts partisans, afin que le prochain Pape soit véritablement le Vicaire du Christ sur Terre !

Tag(s) : #Union des chrétiens

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :