Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Louis-Felix-Amiel--Charlemagne--Empereur-d-Occident--742-8.jpgEn ce début d'été, alors que le soleil commence à se montrer, voici que je suis inspiré d'écrire un petit conte en deux parties. Toute ressemblance avec une situation existante n'est pas vraiment fortuite ;-)

 

« Il était une fois un roi très puissant qui avait reçu en héritage le plus beau des Royaumes. Les terres sur lesquelles portait son pouvoir étaient sans fin, elles s'étendaient à perte de vue sous la voûte étoilée qui, la nuit, les berçait de mille feux scintillants. Le jour, c'est un soleil bienfaiteur qui réchauffait le sol et donnait aux choses une couleur vive qui élevait les sens.

Le pouvoir du roi était infini, non seulement parce qu'il possédait une armée innombrable d'ouvriers, de chevaliers et de mages à son service qui pouvaient accomplir tout ce que désirait le souverain mais aussi car il pouvait commander aux êtres et aux choses. On disait que même les astres se pliaient à sa volonté. Malgré sa puissance, le roi n'abusait jamais de son pouvoir, il l'utilisait toujours pour maintenir l'harmonie dans son royaume et faire le bonheur de ses sujets.

Un jour un homme étrange demande une audience. Les gardes hésitent à le faire entrer. Malgré un indéniable charisme, l'homme est en effet bien sombre, étrangement vêtu et ses intentions ne sont pas claires. Le roi, curieux et généreux, veut donner sa chance à l'étranger et le reçoit dans la salle du trône. L'étranger entre, fait quelques pas et s'incline bien bas. Il est vêtu de haillons, ce qui est fort curieux pour le roi qui a toujours veillé à ce que ses sujets ne manquent de rien.

- Qui es-tu ? demande le roi.

- Je suis l'un de vos sujets, Majesté, comme toutes les créatures de ce royaume.

- Pourquoi es-tu vêtu de la sorte ? questionne le roi, la curiosité piquée à vif.

- Nous sommes nombreux à porter des haillons Votre Majesté. Vous ne sortez jamais de votre palais mais, là dehors, tout n'est pas rose.

- Comment ? Pourtant mes envoyés, mes ambassadeurs et les garants de mes décrets me disent que nul ne manque de rien !

- Ils vous mentent, Majesté.

- Impossible ! J'ai moi même été chevaucher dans les plaines d'or ce matin, je n'y ai rien vu d'alarmant.

- Sauf votre respect, vous avez mal regardé Majesté. Les choses vont très très mal. Regardez mes haillons, croyez-vous que je les porte pour mon plaisir ?

- Non bien sûr, mais....

- Écoutez, je vous propose quelque chose, venez avec moi et je vous montrerai la misère de votre Royaume, vous pourrez ainsi arranger les choses. De plus, vous verrez, régner d'en bas est bien plus grisant.

- Ha bon ?

- Mais oui, de là bas tout est beaucoup plus jouissif, on peut vraiment connaître la vie telle qu'elle est. De plus, vous verrez, vous serez vraiment acclamé comme un Roi puissant et admiré.

- Mais je le suis déjà, j'aime mes sujet et mes sujet m'aiment.

- Bien sûr qu'il vous donne l'impression de vous aimer. Mais comment en être sur ? Comment savoir s'ils ne font pas semblant juste parce que vous êtes dans ce grand palais... ?

Le roi fronce les sourcils. Soudain le doute s'installe en lui. Et si l'étranger avait raison ? Et si tout n'était pas vraiment parfait ? A cet instant, il sait qu'il faut qu'il vérifie, que plus jamais il ne pourrait vivre en paix sans savoir si les propos de l'homme sont vrais.

- Bon, très bien, je fais prévenir ma cour et l'on vous suit.

- Mais non, Majesté. Il faut que vous veniez seul. C'est là tout le but de l'exercice. Il faut que vous veniez seul et que vous revêtiez des habits pareils au mien afin de vous fondre dans la population, sinon vous ne pourrez jamais vous rendre compte de la véracité de mes paroles.

Les mots de l'étranger sonnent justes. Il est logique qu'il faille se fondre dans la foule pour prendre conscience des conditions de vie de celle-ci.

- Très bien, je vais prévenir mes couturiers et je vous suis.

- Ne vous donnez pas cette peine, j'ai tout prévu. Voici un habit de mendia157011_181716435188647_100000508766154_633279_8225694_n.jpgnt.

- Vous êtes vraiment prévoyant, vous alors.

- J'ai à cœur votre situation Majesté, conclus l'homme avec un sourire mystérieux. (à suivre...) »

Tag(s) : #Art et Culture

Partager cet article

Repost 0