Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sourire marionne0002Le « Sourire des Marionnettes » raconte l’histoire du célèbre poète persan, Omar Khayyam. 

La légende raconte qu’Omar Khayyam, Nizam al Mulk et Hassan Sabbah étudiaient ensemble sous la direction d’un maître et qu'un pacte légendaire aurait été conclu entre les trois étudiants : « Celui d'entre nous qui atteindra la gloire ou la fortune devra partager à égalité avec les deux autres ».  

Plus tard, Nizam al Mulk devient grand vizir de Perse et les deux autres se rendent à sa cour. Hassan Sabbah, ambitieux, demande une place au gouvernement ; il l'obtient immédiatement et s'en servira plus tard pour essayer de prendre le pouvoir à son bienfaiteur. Il devient après son échec chef des hashishins (la célèbre secte des Assassins). Khayyam, moins porté vers le pouvoir politique, ne demande pas de poste officiel, mais un endroit pour vivre, étudier la science et prier. Il reçoit alors une pension de 1 200 mithkals d'or de la part du trésor royal ; cette pension lui sera versée jusqu'à la mort de Nizam al-Mulk tué par un assassin.  Le Sourire des Marionnettes s’ouvre sur cet assassinat.

 

C’est avec ce genre d’album que la bande dessinée mérite son titre de neuvième art.  En effet, Jean Dytar a choisi de traiter ce thème comme une miniature persane du 12e ou 13e siècle : couleurs vives, dessin en 2D et en aplats, l’album est un véritable chef d’œuvre esthétique, un vrai régal pour les yeux.  Au niveau de la narration, l’histoire est centrée sur la rencontre entre Omar Khayyam et le Vieux de la Montagne, Hassan al-Sabbah le redoutable maître des assassins.  S’il faut appréhender cette histoire comme un conte et non comme une aventure, on reste tout de même un peu sur sa faim avec un petit goût de trop peu, on aurait aimé que la philosophie de Khayyam soit plus présente ainsi que ses liens avec les soufis qui ne sont pas évoqués.  Néanmoins, « le Sourire des Marionnettes » est un très bon livre à se procurer si l’on aime les belles choses et les récits intelligents. 

 

 

Jean Dytar, Le Sourire des Marionnettes, Delcourt. 

Tag(s) : #Coin lecture

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :