Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

st antoineJe me suis toujours interrogé sur le monachisme et sa version extrême, l'anachorétisme1. Souvent, la caste monastique fut un vivier d'intégrisme avec des pratiques ascétiques frisant le dolorisme2. Je dois le confesser, j'ai toujours eu beaucoup d'à-priori pour la caste monastique. Intellectuellement et affectivement, j'ai beaucoup de respect pour les « mystiques » vivant dans le monde, fondant une famille, vivant l’âpreté du monde professionnel. J'ai du mal à accorder ma confiance à des personnes qui choisissent de se retirer du monde plutôt que de travailler de l'intérieur à son évolution. N'ayant personnellement rien d'un ascète, je m'interroge aussi sur le bien fondé d'une attitude qui tourna souvent en une sorte d'élitisme spirituel moralisateur et superstitieux.

D'autant que les écrits spirituels des moines ne m'ont jamais semblé être d'une élévation beaucoup plus probante que leurs frères théologiens, vivant dans la cité3.

La virginité ne m'a jamais semblé être un idéal en soi et m'a toujours paru suspecte. Les Apôtres n'étaient pas des moines et le concept était inconnu chez les tous premiers chrétiens.

D'autres cultures ne connaissent pas le monachisme et n'en produisent pas moins de très grands mystiques, les kabbalistes et les soufis en sont de très bons exemples.

 

Les moines sont-ils inutiles ? Les époques incroyantes leur reconnaîtront tout au plus le mérite de brasser de bonnes bières dans leur abbaye, les époques dévotes les verront comme des êtres supérieurs au commun, plus proches des anges et de Dieu.

Pourtant on ne peut nier leur importance dans l'histoire du christianisme et leur rôle civilisateur au cour de l'histoire.

En réalité, les moines sont, à l'origine, des guerriers de l'extrême.

En effet, les premiers moines ne se retirent pas au désert pour s'éloigner des villes, de la vie du monde et des rassemblement de leurs frères humains, les moines vont au désert pour livrer combat. La mort du Christ et sa résurrection a définitivement vaincu les conséquences de la trahison de Lucifer, à savoir l'irruption de la mort dans le monde. L'âme humaine de Jésus descendit aux enfers comme n'importe quel autre humain mais quand la mort voulu l'enserrer de ses griffes décharnées, elle se saisit de Celui qui était la Vie même. Le combat était inégal.  Les ténèbres ne peuvent engloutir la lumière si faible soit-elle, c'est toujours la lumière qui dissipe les ténèbres. Dans le même ordre d'idée, la mort ne pouvait se saisir de la Vie, quand elle referma ses griffes sur le Christ, elle se dissipa, tout simplement. Certes, la mort biologique, l'entropie et la déchéance sont toujours là, nourrissant l'angoisse et le sentiment d'absurde chez ceux qui ne se sont malheureusement pas ouverts à la Grâce de la Foi. Mais la mort comme fin définitive de toute chose n'existe plus, elle est devenue un passage. Parfois douloureux, parfois violent, mais un simple passage quand même.

En réalité, sans le savoir, l'humanité est déjà sauvée, nous sommes déjà dans la vie éternelle, il faut simplement que nous en prenions conscience, que nous l'actualisions.

 

Mais l'Ennemi du genre humain ne se laisse pas abattre si facilement. Tout pourrait s'arrêter et l'Univers retrouver sont harmonie perdue si seulement il se repentait, faisait taire la haine qui le ronge et cessait de contaminer les êtres vivants avec ses pensées noires et poisseuses. Car finalement, c'est son seul pouvoir sur le monde : profiter des faiblesses inhérentes à chacun, s'engouffrer par les brèches propres à chaque individu pour susciter luxure, bêtise, adultère, mensonge, peur, désespoir, confusion, froideur, orgueil et tout ce qui découle des innombrables faiblesses de l'Homme depuis qu'il s'est laissé entraîner dans la toile tissée par le maître du mensonge.

 

Or le désert, est le lieu de mort par excellence. Même si la vie s'y trouve bien plus présente que les apparences le laisse présager4, il n'en reste pas loin une terre inhospitalière où le moindre faux pas est fatal. Selon, la Tradition, c'est là que Satan et ses démons on élu domicile. C'est là que Jésus se retire pour défier son adversaire ou plutôt pour le prévenir que son temps est venu, que sa défaite est proche.

Et lorsque cette défaite est consommée, lorsque le démon est foulé aux pieds par Dieu Incarné, lorsque l'Eglise fleurit dans toutes les cités après la période des martyrs, lorsque les campagnes commencent à leur tour à s'évangéliser, les troupes infernales se retirent dans leur ultime forteresse, le désert.

C'est là que des hommes et des femmes courageux iront les pourchasser jusque dans leur derniers retranchement. Ils leurs livreront des combats intérieurs et extérieurs épiques. Car pour les démons, tous les coups sont permis même si Dieu a limité l'action du démon sur l'être humain, l'empêchant de le tuer directement et le faisant protéger par un ange gardien, par les troupes de Saint Michel ou par l'Archange lui-même.

Voyant ces fils de Lumière le traquer jusque dans son royaume désertique et engager le combat avec lui, le démon se met en rage. Déjà, lorsque le premier d'entre eux, Antoine, arrive au désert aux alentours de 270, le diable riposte immédiatement :

 

Le diable ne le pouvant souffrir et craignant que, dans un peu de temps, le désert ne fût rempli de solitaires, il vint de nuit avec une grande troupe de ses compagnons et le battit de telle sorte qu'il le laissa par terre tout couvert de plaies et sans pouvoir dire une seule parole...5

 

(à suivre...)Hl-Cassian.jpg


1Les anacorètes sont des moines ayant fait le choix de vivre seul contrairement aux cénobites vivant en communauté.

2En orient, on trouve moins cette perversion doloriste, il n'en reste pas moins que les moines y sont souvent réputés pour leur intransigeance.

3A quelques exceptions près : Saint Bernard de Clairvaux, Saint Basile, Sainte Hildegarde von Bingen, Saint Grégoire de Naziance, Saint Maxime le Confesseur,  Saint Jean Cassien...

4 Végétation, vie animale et humaine, l’œuvre de Jacques Monod montre à quel point le désert est riche pour ceux qui savent un tant soit peu l'apprivoiser.

5René Draguet, Les Pères du désert, Vie d'Antoine, Paris, 1949, p17

Tag(s) : #Union des chrétiens

Partager cet article

Repost 0