Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

pentecote-restout.jpgA la Pentecôte, le feu de l'Esprit tomba sur l'assemblée des Apôtres et des personnes rassemblées ce jour-là. Qui sont ces personnes sinon l'Eglise ? L'Eglise n'est pas une institution comme les autres, elle est une assemblée consacrée à Dieu dont un pied se trouve en ce monde et l'autre dans le Royaume. Une assemblée humano-divine dont les membres se trouvent dans nos paroisses mais se trouvent également dans le sein de Dieu et forment la communion des saints.

 

Or si elle est une collectivité, l'Eglise est formée d'individus particuliers. En effet, le feu de la Pentecôte ne vient pas comme une vague informe ou comme une onde d'énergie.  Non.  Il  tombe sur chacun individuellement, marquant chaque personnalité de son sceau indélébile.

C'est que chacun, au sein de la collectivité, nous avons une mission personnelle à accomplir. Oui, chacun d'entre nous a une vocation, un feu à attiser. Chacun d'entre nous a une lampe à allumer qui ne ressemble pas à la lampe du voisin. Dieu ne nous a pas créé dans une chaîne de montage. Tous nos particularismes, nos dons, nous ont été donné pour que s'accomplisse Sa volonté.

 

La pire des choses est le nivellement normatif, l'uniformisation. C'est l'uniformisation sans âme qui perdit les constructeurs de la Tour de Babel. Le but de la vie chrétienne est d'acquérir l'Esprit Saint, c'est à dire que l'Esprit de Dieu, l'Esprit de Vie, l'Esprit d'inspiration, vienne résider en permanence en notre corps. Cette inhabitation est propre à nous conduire à la Sainteté.

 

Qu'est ce que la Sainteté ? Une parfaite adéquation entre la volonté de Dieu et la nôtre, entre l'action de Dieu et la nôtre, entre la pensée de Dieu et la nôtre, entre la parole de Dieu et la nôtre.

La Sainteté est l'inverse du pêché. Qu'est ce que le pêché ? Ce mot dont, bien improprement au cours des siècles, la signification de « faute morale » a prévalu, de « dévoiement par rapport à la règle », le tout dans une atmosphère de culpabilisation.

Non. Étymologiquement, le terme « pêché » (hamartia en grec) signifie « manquer sa cible ». Pour Aristote, c'est également le renversement selon lequel un héros de tragédie change une situation heureuse en malheur.

 

Or qu'est ce que notre cible et quand la manque-t-on ? Notre cible est justement cette adéquation entre l'homme et Dieu, elle est le plein épanouissement de notre nature intime. Cette nature divine qui possède en elle tous les attributs de la Trinité qui l'a créé. A nous, par notre volonté, de chercher à découvrir cette vocation, ce but, cette mission inscrite en nous en lettres de feu et puis de tout mettre en œuvre pour l'accomplir.

Mais bien sûr, ce n'est pas seul que nous parviendrons à réaliser cette adéquation parfaite entre notre Créateur et notre être dans son ensemble. Car si notre volonté doit être tendue tout entière dans ce but, il n'y a que Dieu qui puisse nous hisser jusqu'à lui, seul Lui peut nous donner la Force de faire éclore notre charisme particulier.

 

L'on manque notre cible lorsque l'on a pas conscience de notre vocation, lorsque l'on transforme la situation heureuse qui est celle de notre potentiel de départ en malheur d'un potentiel non utilisé (comme le montre la parabole des talents).

L'on manque notre cible lorsque nous manquons de force pour transformer notre vie, de courage pour accomplir notre tâche.

L'on manque notre cible lorsque nous manquons d'amour et nous sommes motivé par l'égoïsme et non par le désir de servir Dieu et les hommes.

L'on manque notre cible lorsque nous nous fermons à l'action de Dieu dans notre vie, refusant de Le reconnaître, de nouer le dialogue.

L'on manque notre cible lorsque nous manquons de discernement et croyons que la réussite est forcément « grandiose » dans les termes de notre société.

 

L'accomplissement de notre vocation n'est pas une vague idée abstraite, un concept un peu flou, un principe de bien être. Combien de personnes sont-elles consciente de leur vocation ? Combien ont-elles le courage de prendre la route ? Et combien chercesprit saint 02hent-elles l'aide du Seigneur dans la construction d'elles-mêmes ? Car chercher à se réaliser par soi-même uniquement revient à construire une maison sans faire appel à un architecte.

 

Dans notre parcours, dans notre quête de nous même, la prière est essentielle. Elle est la porte vers le Royaume, le fil de lumière qui nous permet de tisser un lien de synergie avec Dieu qui n'est pas un être abstrait ou une idée, mais une personne qui no us connaît et nous aime. 

 

Avec le secours de Dieu, en partenariat avec lui, nous pouvons alors puiser dans l'extraordinaire réservoir de forces qui se trouve en nous, nous ouvrir à l'Esprit Saint et accomplir ce pourquoi nous sommes fait. 

Tag(s) : #Théologie et spiritualité

Partager cet article

Repost 0