Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Jesus-Christ-538.jpgAprès son baptême, le Christ va au désert pendant quarante jours et quarante nuits avant d'affronter le diable en personne. Le christianisme est une voie d'action et de combat autant que de contemplation. Mais quel combat ? Celui des purs contre les impurs ? Des croyants contre les non-croyants ? Des fidèles contre les infidèles ? De ceux qui ont la Vérité contre ceux qui sont jugés hérétiques ou païens ? Non. Trois fois non. Trop souvent au cours de l'Histoire, on a répandu la mort au nom du Christ. Tragédie cosmique que cela. Car le Christianisme, c'est précisément le contraire. Le Christianisme, c'est le combat contre la mort, contre la stagnation, contre l'entropie, contre l'absurde, contre le néant, contre la peur, les jougs, l'esclavage et les cloisons qui enferment.

Dans le désert, le Christ s'en va livrer une bataille cosmique qui implique l'Univers entier. L'avenir de toute la Création va se jouer après ces quarante jours.

Que se passe-t-il pendant ce laps de temps précédent le combat ? Comment le Dieu fait Homme s'apprête-t-il à mener combat ? Comment vit-il sa veillée d'armes ? Nul ne le sait. On peut imaginer qu'il fait comme tout guerrier, il rassemble ses forces, les focalise sur l'essentiel, il affûte ses armes, en l’occurrence le tranchant de son esprit.

Car lorsque l'Ennemi sera là, il ne faudra pas montrer la moindre faiblesse, il ne faudra pas flancher et se laisser gagner par la peur. Christ est Dieu mais est aussi parfaitement Homme or, quel homme peut-il se trouver face à face avec l'abîme personnifié sans sombrer dans la folie ou sans être irrémédiablement détruit. Qui peut supporter d'être face à celui qui apporte la Mort ? Le Christ. Il s'est préparer pendant quarante jours. Quarante jours de prière, de méditation, d'exercices physiques afin de rendre le corps et l'esprit aussi durs et tranchant que l'acier. A la fin de la période, le Christ est pareil à une épée de lumière forgée au feu du désert, il est transparent aux énergies divines, il est prêt à trancher les ténèbres.

 

Mais les ténèbres ne l'ont pas compris et leur Prince se présente sur le champ de bataille. Là non plus, on ne sait pas exactement comment s'est déroulé la rencontre entre l'Homme-Dieu et la créature la plus puissante de l'Univers, autrefois joyau de la Création, maintenant puits de haine.

Personne n'était là pour le voir, les récits que l'évangile rapportent sont symboliques mais hautement instructifs :

 

Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, il finit par avoir faim. Le tentateur s’approcha et lui dit : « Si tu es le Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains. » Mais il répliqua : « Il est écrit : Ce n’est pas seulement de pain que l’homme vivra, mais de toute parole sortant de la bouche de Dieu. » Mt 4 ; 2 – 4.

 

Le Christ a jeûné et après les quarante jours, il finit par avoir faim. S'il a jeûné, ce n'est certes pas par masochisme physique et psychologique destiné à affaiblir son corps et son esprit. Au contraire, s'il a jeûné avant d'être face à face avec le diable, c'est pour affermir son corps et son esprit avant la confrontation. Les charpentiers sont forts physiquement. On peut imaginer Jésus avec un corps athlétique, des muscles d'acier qui roulent comme des câbles. Son jeûne a brûlé toute once de graisse en lui, ses sens sont exacerbés, son esprit aux aguets et ouvert sur l'invisible. Néanmoins la faim le tenaille. Et c'est là que le diable apparaît afin de profiter de cette faiblesse.

« Utilise ton pouvoir dit-il, transforme ces pierres en pain... » Jésus a bien sûr le pouvoir de le faire. Mais il n'est pas là pour cela. Le diable tente lâchement de détourner le combat, de distraire le Christ, de gagner du temps. Si Jésus avait accepté, il aurait ramener la confrontation a une simple histoire d'estomac qui grogne. Cet estomac qui fait de lui un humain. Or pour le diable, les êtres humains sont inférieurs, des créatures matérielles insignifiantes.

- Vois comme tu as faim, vois comme même entraîné, même renforcé, ton corps peut se briser à tout moment. Utilise ton pouvoir pour le renforcer d'avantage.

Là aussi, le Christ pourrait le faire, comme il le fera lors de la transfiguration ou à la résurrection. Il pourrait demander au Père d'être protégé de tout besoin physique. Mais ce faisant, il quitterait son statut d'humain lambda car l'humanité n'est pas encore déifiée. Par conséquent, il ne le fait pas, il veut encore rester au niveau de la majorité car sa mission à cet instant est d'affronter le diable en personne et de le vaincre au nom de toute l'Humanité. Saint Irénée de Lyon dira « ...de même que la mort avait triomphé de nous par un homme, de même à notre tour nous avons triomphé de la mort par un homme. »

Alors il répond à l'Archange déchu : Il est écrit : Ce n’est pas seulement de pain que l’homme vivra, mais de toute parole sortant de la bouche de Dieu.

 

Les anciens distinguaient deux niveaux d'existence, celui de la survie physique (bio) et celui de la Vie de l'Esprit (zoé) qui irrigue et maintient cette vie physique en même temps qu'elle la dépasse.

 

Autrement dit : Toi qui es la mort, tu veux détruire la vie biologique (bio) et la Vie de l'Esprit qui la nourrit (zoé). Moi, je défends les deux, la vie bio et la vie zoé, car bio est la manifestation et le prolongement de zoé. Or la vie zoé doit aussi s'entretenir.  Y avoir accès, s'immerger dans son flux est la vocation de chaque humain. La nourriture qui entretient cet accès, la clé qui y mène est la Parole de Dieu.

 

Qu'est ce que cette Parole de Dieu qui nourrit la Vie à l'origine de la vie ? Les Evangiles canoniques certainement mais aussi les apocryphes, les textes sacrés de partout et d'ailleurs, la poésie d'hier, d'aujourd'hui et de demain, mais aussi les symboles, les mythes et les légendes où soufflent l'Esprit, les oeuvres d'art, les musiques qui éveillent l'âme, les histoires qui touchent, les découvertes, les paroles de réconforts, les élans du coeur vers le prochain, les aspirations à la justice, les moments de tendresse, les relations complices, les étreintes d'amour vrai, les merveilles du monde, les saveurs subtiles, les fragrances raffinées, ... Partout, tout autour de nous, résonne la Parole de Dieu et souvent notre âme n'y prête pas garde, prisonnière des soucis quotidiens et de l'apparente banalité de la vie.

Le christianisme est une voie d'éveil spirituel, à nous de nous ouvrir à Sa présence, à nous de voir, d'écouter, de sentir et de goûter la Parole. A nous de nourrir notre âme non de pierres mais de pain divin, à nous de nous ouvrir pleinement à la Vie au-delà de la vie. Le Carême est une conscientisation de cet art de l'ouverture et de l'aBrooklyn_Museum_-_Jesus_Tempted_in_the_Wilderness_-Jesus_t.jpgttention à la Présence qu'il faudra toute une vie pour maîtriser.

 

Le jeûne pris dans une perspective martiale est un renforcement de la vie physique comme le régime d'un athlète de haut niveau. Pris dans une perspective morale, il est l'affirmation des vertus, pris dans une perspective spirituelle, il est la discipline de porter l'attention sur les choses les plus belles et les plus élevées. (à suivre...)

 

 

PHOTO :

 

- Manuscrit Allemand XVe S

- James Tissot, Jésus tenté dans le désert, entre 1886 et 1894

Tag(s) : #Anges - Vertus & Esprit Chevaleresque

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :