Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

558669_10200194232793193_240136597_n.jpgLe chevalier a sa place aujourd'hui tout comme il l'a depuis la nuit des temps. Car la chevalerie est une voie a part entière, ni démodée, ni circonstanciée, elle est l'un de ces fleuves qui jaillissent de Dieu et irrigue ce corps divin qu'est la société humaine.

Tout comme la prêtrise existait en balbutiement avant la venue de Dieu sur Terre, tout comme l'érémitisme existait également de manière incomplète, la chevalerie était déjà présente de toute éternité et se manifesta depuis la plus haute antiquité.

Les guerriers sacrés, présents chez de nombreux peuples, les nobles et courageux héros protégeant la population étaient autant de préfiguration du chevalier. Par exemple, ceux que l'on nomma plus tard les 9 preux dont seuls trois étaient chrétiens mais qui tous étaient reconnus comme chevaliers : Hector, Alexandre, César, Josué, David, Judas Macchabé,...

Mais aussi les guerriers d'excellence auxquels on prêtait une force surnaturelle : prétoriens, spartiates, berserks, cavaliers sarmates,....

Puis Dieu s'incarna et tout fut renouvelé. Les apôtres transmirent la fonction pastorale et sacerdotale renouvelant la prêtrise, Saint Antoine fonda le monachisme renouvelant l’érémitisme et Saint Georges fonda la chevalerie.

Bien sûr, Saint Georges ne fonda pas un ordre à proprement parler, il ne laissa pas d'instruction, pas de cérémonial d'adoubement établi, pas de règles écrites. Non. Mais il laissa bien plus que cela : un esprit, un dépôt et une force spirituelle. La vie de Saint Georges se mêle à sa légende, elle laisse les historiens perplexes ou sceptiques. On butte sur les récits du combat l'opposant au dragon. On devrait d'ailleurs dire aux dragons au pluriel parce que selon certaines versions, il y aurait eu plusieurs combats à des endroits différents. On parle d'ajout tardif concernant le dragon afin de le reléguer dans l'imaginaire. C'est passer à côté de l'essentiel.

C'est oublier que la tradition des saints sauroctones (terrassant un dragon) est vivace et d'une importance capitale dans les premiers temps de la chrétienté. C'est oublier que depuis la nuit des temps, l'homme est confronté au dragon et aux forces de l'ombre dont l'inconscient collectif a gardé le souvenir. Combat titanesque partout exprimé: Siegfried tuant Fafnir, Thor opposé à Jormungand, Lug face à l'immonde Balor, Horus et le perfide Seth... Encore et toujours la même histoire, l'humanité affrontant violemment les forces du mal.

 

Alors oui, aux alentours de l'an 300, Georges, centurion romain chrétien, a affronté quelque chose d’innommable et l'a vaincu. Grâce à sa foi dans le Seigneur ressuscité, il a terrassé la bête avec sa lance (ou son épée selon les versions) Ascalon. Terrible combat qui faisait écho sur Terre à un autre plus titanesque encore, celui qui oppose les deux plus puissantes créatures angéliques que l'Univers abrita : les séraphins Michael et Lucifer.

 

La victoire de Georges est celle de l'action et du combat soutenus par la foi. La victoire armée de Saint Georges baptisa l'action tout comme les apôtres baptisèrent le sacerdoce, et tout comme Saint Antoine et Saint Bernard baptisèrent la voie du retrait du monde. On retrouve les trois fonctions divines de l'être humain données à tous, en germe, lors du baptême : fonction sacerdotale (prêtre), fonction prophétique (moine) et fonction royale (chevalerie).

 

Oui, Saint Georges initia un courant spirituel aussi historique, aussi puissant et aussi réel que celui qui guide le clergé et les monastères. Et je tiens les écrits et récits chevaleresques (notamment le cycle arthurien) pour aussi inspirés que certains textes patristiques.

 

Les ordres de chevalerie n'ont pas créé l'esprit chevaleresque, mais ils l'ont superbement incarné. Prier et combattre, le combat soutenu par la prière, la spiritualité la plus haute nourrissant la lutte dans le monde. Ascétisme du corps-âme pour le rendre plus résistant, plus ouvert à la force qui vient d'en Haut, ascétisme du cœur pour l'ouvrir aux forces d'amour, le maintenir fermement coeur de chair et barrer la route aux flots de la haine qui menace d'engloutir celui qui se jette dans le combat.

 

Et aujourd'hui ? La spiritualité-action chevaleresque est plus que jamais d'actualité. Les opprimés sont partout, sur nos terres ainsi que dans les pays lointains, les i536920_641626932520981_1058786911_n.jpgndividus à défendre sont innombrables. Certes, on peut être chevalier dans les forces armées ou dans la police en nourrissant son action par la prière, mais pas seulement. Quiconque se bat pour les autres, pour l'égalité, pour la justice, pour la liberté, quiconque affronte l'obscurantisme, le mal, la bêtise et la haine fait œuvre de chevalerie. Quiconque donne un sens sacré à ce combat en l'inscrivant dans sa foi et dans la victoire du Christ sur la mort est un véritable chevalier.

Aujourd'hui, les armes ne sont plus nécessairement d'acier mais peuvent être des mots effilés, des images acérées ou l'éloquence transperçant l'armure du dragon afin de participer au triomphe du Soleil de Justice et d'Amour sur la mort et le néant.

 

Qu'en ce jour béni de la Saint Georges, que ce grand saint vous guide et vous protège !

 

 


 
Tag(s) : #Anges - Vertus & Esprit Chevaleresque

Partager cet article

Repost 0