Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

stainedgeucharistholyorders.JPGPrisonnier du temps entropique, le sommes-nous de manière irrémédiable ? Dans sa grande bonté, dans son amour infini pour le genre humain, Dieu n'a-t-il pas mis à notre disposition des moyens pour expérimenter le goût de l’Éternité dès notre vie ici bas ? La volonté de Dieu est le Salut individuel et collectif. Autrement dit, Sa volonté est que l'Humanité dans son ensemble (et chaque homme en particulier) arrive à la pleine maturité de l'âme. Maturation qui se fait au cours des âges jusqu'au terme fixé par Dieu qui marquera l'entrée pour la Création dans le temps de la Transfiguration. Mais Dieu ne force jamais, il n'agit jamais par la contrainte mais se met à l'écoute de sa créature et de sa prière.

Donc malgré l’Économie de Dieu qui utilise tous les moyens possibles, dont le temps, pour orchestrer notre Salut en respectant notre liberté, malgré cette Économie, dis-je, le temps reste un facteur d'asservissement et une source d'angoisse pour la plupart. Or il existe des recours pour toucher le temps éternel de notre vivant, pour avoir un avant goût de l’Éternité.

 

Créativité dirigée consciemment vers le haut, instant d'amour vécu avec les proches, don de soi, joie et bonheur complice, tous ces petits et grands moments de la vie changent peu à peu notre perception du temps, nous rapprochant de la conscience de l’Éternité.

 

Néanmoins les deux chemins royaux pour approcher l’Éternité sont : la prière et la liturgie.

 

Par la prière, le chrétien élance son âme vers les cieux, il chevauche l'esprit et galope vers le Royaume. Une vraie prière ne se fait pas du bout des lèvres, elle se vit dans un élan de tout l'être qui aspire à remonter vers sa Source située en dehors du temps.

 

Par la prière assidue, par la mise en sommeil de notre verbiage intérieur incessant, nous pouvons réussir à faire le vide en nous. Dans ce calme intérieur, Dieu viendra habiter car Il n'a d'autre souhait que de venir prier en nous et avec nous. Quand la prière atteint une certaine qualité de pureté et de concentration, un certaine intensité de désir, Dieu estime que le temps est favorable, qu'Il peut agir sans perturber le libre arbitre de l'orant et Il vient alors se poser doucement sur la pointe de son cœur.

 

Quant à la liturgie, elle est, disait Saint Théodore Studite, la récapitulation de l'économie du salut.

La liturgie est à la fois prière commune mais aussi transfiguration de l'espace et du temps tant par les symboles qu'elle met en œuvre que par la Présence réelle de Dieu.

Le symbole est un langage privilégié par Dieu pour communiquer avec l'Homme. Le fameux théologien Constantin Andronikof le rappelait dans son ouvrage « Le sens de la liturgie » : « Tous les éléments de la liturgie sont symboliques, depuis l'invocation initiale du Nom, le signe de la croix, la prière en tant que telle, jusqu'à l'iconographie et l'ordonnance de l'espace. En d'autres termes, si la liturgie se déroule dans le temps, elle figure à tout moment l'éternité. Dans la quantité temporelle, elle place le levain de la qualité transcendante. 

 

Mais, me dira-t-on, les rituels de la maçonnerie et des différents ordres initiatiques ne sont-ils pas aussi symboliques, n'incorporent-ils pas aussi des prières et des temps d'intériorisation ? Certes. Ont-ils pour autant la même fonction que la liturgie ?

 

Pas complètement car les bienfaits de la liturgie ne se limitent pas à « ressentir » l’Éternité au niveau individuel, ils ont une incidence sur la marche du monde. La liturgie sanctifie le temps.

Pour le christianisme, il y a un commencement du temps, un point Alpha mais il y a aussi une fin des temps, un Omega, point d'accomplissement ultime où toute la Création sera transfigurée. La fin du temps terrestre doit advenir, il faut qu'il y ait un jour où « il n'y aura plus de temps » (Ap X,6).

Or le temps ne sera aboli que lorsque l'homme aura réintégré son Principe originel ou pour le dire autrement, que lorsqu'il accédera à l'héritage du Royaume de Dieu, comme fils et cohéritier du Fils.

Dans cette perspective, le temps devient alors vraiment précieux, nous pouvons réellement racheter le temps, le transformer littéralement en le sanctifiant, c'est à dire en le purifiant, en le rendant transparent à la grâce.

 

Et c'est là toute la différence, là où la Tradition initiatique transmute la conscience et fortifie l'âme, la liturgie transforme littéralement la réalité. Dans la pratique initiatique, l'homme s'ordonne, se rectifie, se construit afin de devenir temple et d'accueillir l’Éternité. L'initiation est un outil précieux mis par la Providence dans les mains de l'homme pour lui permettre de devenir en conscience co-bâtisseur de l’œuvre divine.

 

Mais seul la liturgie agit sur la totalité du tissu de la réalité, seul la liturgie accouche de la fin des temps par la présence totale de Dieu dans les sacrements. jerusalemceleste.jpg

En vivant l’Éternité dès ici bas par la prière et la liturgie, nous hâtons la fin des temps qui n'adviendra que lorsque la mesure du temps aura atteint le total prévu par Dieu.

 

A nous de ne pas perdre notre temps, à nous d'extraire l'or des min utes afin de sacraliser le temps et de transformer le temps entropique (chronos) e n t emps sacré (kairé). Ainsi, nous préparons l’avènement de la Jérusalem Céleste, restaurant peu à peu l'image du temps dans sa ressemblance originelle. 

Tag(s) : #Théologie et spiritualité

Partager cet article

Repost 0