Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

5-Jeanne-dArc-tableau-15-1.jpgÊtre un esprit fort, c’est précisément devenir un homme spirituel, trouvant sa voie personnelle entre le grand fatras du n’importe quoi new-age et le néant de l'athéisme. Être un esprit fort, c’est explorer les mondes spirituels et leurs infinies possibilités, c’est partir du monde matériel et ouvrir sa conscience de plus en plus grand, vers les terres de la créativité, de l’action charitable ou vers les terres conceptuelles et mystiques.

Être un esprit fort, c’est gonfler ses voiles du souffle de l'Esprit, de la poésie, du conte et des légendes.

Être un esprit fort, c’est cultiver les vertus cardinales (prudence, tempérance, force et justice) et théologales (foi, espérance, charité).

Désuètes les vertus ? De ces sept vertus découlent toutes les autres : droiture, loyauté, compassion, tendresse, humilité, discernement, noblesse de coeur… Désuètes les vertus ? Comment croire que les vertus ne sont pas nécessaires dans ce monde prompt à sombrer dans la barbarie, la superficialité, la vénalité et le mal. Mais le monde est ce qu’on en fait, la vie est ce qu’on en fait et celui dont le regard se porte vers les étoiles, ne peut que se vêtir des vertus.

Être un esprit fort, c’est savoir qu’on ne va pas loin sans Dieu car si nous sommes appelé vers l’Infini, que sommes-nous par rapport à l’Infini ?

 

Non, avoir son esprit affûté comme une épée n’est pas développer une sorte de cynisme corrodant la beauté et les émotions élevées, reliquats de la pureté originelle.

Avoir son esprit affûté comme une épée, c’est porter l’épée du chevalier à l’intérieur de soi, c’est intérioriser les vertus cardinales et théologales seules capables de nous individualiser en tant qu’homme.

 

 

En recevant son épée, le chevalier ose désormais faire le pas pour franchir l’abîme, il ose faire le pas vers la theosis, la déification du Moi, la transfiguration qui le changera à tout jamais tant physiquement qu’animiquement.

 

En recevant son épée, le chevalier reçoit l'arme du Verbe qu'il mettra au service de la veuve et de l'orphelin, de la Vérité et de la Lumière.

 

L'idéal chevaleresque fut bien souvent un « idéal », utopie du Graal à atteindre mais inaccessible à la plupart.

Et cet idéal chevaleresque est sans doute le plus intéressant parce qu'il est idéal précisément. Le pur Galahad, le preux Perceval, le vertueux Gauvain, autant de figures légendaires mais ô combien inspirantes pour les chrétiens d'hier et d'aujourd'hui. Plus réels, Saint Georges, Saint Michel et Sainte Jeanne d'Arc sont les protecteurs et les défenseurs de nombreuses nations européennes en même temps que les protecteurs de la chevalerie, montteutonic.gifrant ainsi que cette âme chevaleresque résonne à jamais dans le cœur de l'Europe.

 

Le christianisme est intrinsèquement un combat contre l'oppression et contre l'injustice qui règne au dehors et au-dedans. Le christianisme est intrinsèquem ent un combat pour la Vie et pour l'Amour.

 

En ce XXIe siècle, il y a réellement la place pour une chevalerie spirituelle placée sous la protection de Saint Georges, de Sainte Jeanne d'Arc et de l'Archange Mikaël. Cette chevalerie peut œuvrer, selon l'idéal chevaleresque d'autrefois, c'est-à-dire pour la défense des opprimés d'où qu'ils soient. Et les injustices et les combats à mener dans le monde, les dragons à occire sont malheureusement nombreux !

Tag(s) : #Anges - Vertus & Esprit Chevaleresque

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :