Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’Ermite se tient debout dans les ténèbres, avançant à la façon d’un aveugle avec son bâton et éclairant le chemin devant lui grâce à sa lanterne.

Comme toutes les lames du Tarot, l’ermite représente à la fois une étape que connaît la conscience personnelle sur le chemin menant vers Dieu et la charité, et d’autre part un idéal archétypal à atteindre.

 

L’Ermite représente donc le Père sage et bon, reflet du Père aux Cieux. Guide par excellence, capable d’éclairer les ténèbres environnantes car « la Lumière luit dans les ténèbres et celles-ci ne l’ont point comprise. » (Jean 1 : 5)

L’Ermite représente l’idéal de celui qui, s’isolant du pouvoir prégnant des ténèbres, peut en faire jaillir la Lumière.  Se gardant d’être contaminé par les préjugés, les faiblesses et les tentations, il est capable de voir et d’apporter la Lumière à chaque être.  L’Ermite se garde aussi, comme le faisait remarquer Valentin Tomberg, de la mégalomanie spirituelle.  Cet état de suffisance spirituel, cette étrange tendance égocentrique, fille de l’orgueil luciférien, aveugle le sujet au point qu’il se croit parvenu à la maîtrise et au droit de juger les autres.  Or, personne n’a le droit de juger autrui dans son âme.  Or, la spiritualité qui s’enfle et se nourrit d’elle-même est un gargarisme spirituel si elle ne se fait pas charité et amour inconditionnel des autres.

 

L’Ermite, parce qu’il sait qu’il avance dans un monde de ténèbres et d’illusions à l’instar de ses frères et parce qu’il possède la prudence (le bâton d’aveugle) ne tombe pas dans le piège de l’inflation égotique.  Au contraire, il sait que nous, humains limités dans un monde en chute, sommes profondément solidaires en cette vie comme en l’autre et qu’il n’est pas question de se hausser vainement mais plutôt de se stabiliser dans la vraie foi et de tendre une main vers son frère.

 

L’Ermite, comme tous les hommes (consciemment ou inconsciemment) est en manque de Dieu.  Il prend son bâton et pèlerin du cœur, part à la recherche du Dieu caché.  Ce Dieu qui se manifesta pleinement en la personne du Christ, n’est pas (comme on l’entend trop souvent dire de nos jours) un Dieu abstrait, une sorte d’énergie impersonnelle, substance même de l’Univers.  Non.  Si Dieu était abstrait ou impersonnel, il serait totalement inaccessible et n’aurait pas beaucoup d’intérêt pour nous.  Or, Dieu est une personne, créateur de l’Univers mais vivant aussi en chaque chose.

L’Ermite est un véritable chrétien car il marche vers le cœur de son cœur, cherchant sans cesse à établir le dialogue avec son Créateur qui ne veut pas être son maître mais véritablement son ami : « Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur reste dans l'ignorance de ce que fait son maître ; je vous appelle amis, parce que tout ce que j'ai entendu auprès de mon Père, je vous l'ai fait connaître » (Jean 15 : 15).

L’Ermite a fait sienne la devise traditionnelle V.I.T.R.I.O.L.  signifiant « Visita Interiora Terrae, Rectificandoque, Invenies Occultum Lapidem » ou encore « Visite l’intérieur de la Terre, et en rectifiant, tu trouveras la Pierre Occulte ».  Autrement dit, c’est à l’intérieur de soi, à l’intérieur de son « soi brut » que se trouve l’étincelle de Lumière divine, le savoir s’appelle la foi.  Mais la foi seule ne suffit pas, il nous faut rectifier, c'est-à-dire travailler sur nous-mêmes et pratiquer le don gratuit, cela s’appelle les œuvres.  Mais la foi et les œuvres ne suffisent pas, elles préparent. Seul l’acceptation de la grâce permettra de trouver la « pierre occulte », la présence de l’Ineffable en soi.

 

Celui qui marche avec le Christ est un pèlerin de l'Invisible, un ermite « dans le monde mais non de ce monde ».  Il devient un vivant reflet du Seigneur des Mondes et éclaire la Terre de son Amour, en toute humilité, c'est-à-dire en toute Vérité.  L’Ermite est humble et vrai, il ne se rabaisse pas, il ne se gonfle pas d’importance, il se contente d’Être ce qu’il est, faisant passer l’intérêt des autres avant le sien.  Il est une lumière qui lui dans les ténèbres, un fanal pour ses frères.        

Tag(s) : #Art et Culture

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :